Game of Thrones: l’Histoire derrière le trône

Episode 3

- Modifié le 05/11/2018 par Département Civilisation

Afin de terminer notre série d'épisodes sur Game of Thrones et l'Histoire, attardons nous sur l'aspect féministe présent dans l'oeuvre de Martin.

Le trône de fer
Le trône de fer

Les femmes à l’honneur

 

Cersei Lannister, Daenerys Targaryen, Arya Stark… Tous les personnages féminins de la série Game of Thrones ont un point commun: elles sont fortes.

Prostituées, violées, objets sexuels… les femmes n’ont pas toujours été bien traitées. C’est d’ailleurs l’une des principales critiques qui revient. Les personnages féminins ont souffert : Daenerys a été offerte à Khal Drogo, Cersei Lannister a été humiliée nue dans les rues de Port-Real, Sansa Stark a été violée par Ramsay Bolton. L’explication de George Martin ? «Le viol et la violence sexuelle ont fait partie de toute guerre jamais combattue, depuis les Sumériens jusqu’à nos jours. Les omettre d’un récit centré sur la guerre et la puissance aurait été fondamentalement faux et malhonnête», explique-t-il au New York Times.

 

Pourtant, au fil des saisons les femmes se sont imposées en véritables héroïnes. Elles sont devenues des femmes fortes, puissantes et conquérantes et finissent par apparaître comme les stars de la série ayant survécu au machisme ambiant, et ayant une incidence forte sur le cours de l’histoire.

Ainsi, on fait rapidement le rapprochement entre le rôle d’Arya et celui de Brienne. Toutes les deux sont indépendantes, tenaces, et mettent un point d’honneur à prouver qu’elles peuvent se battre comme des hommes, voire même être meilleures qu’eux. Un comportement que l’on retrouve également chez Ygritte, qui revendique toujours sa liberté, son indépendance et montre son courage en tant que combattante. Il en va de même pour Yara Greyjoy qui devient capitaine d’une troupe militaire. Ces quatre femmes fortes prouvent que bien qu’elles vivent dans un monde majoritairement dominé et dirigé par des hommes, elles n’ont pourtant pas besoin d’eux pour survivre.

 

 

À côté de ce genre de figures féminines au caractère fort, il y a les manipulatrices qui font mine de se plier aux diktats des hommes. On pense bien évidemment tout d’abord à Cersei, unique fille de Lord Twin Lannister, osant défier son père et motivée tout au long de la série par sa volonté de puissance. De même, Margaery Tyrell se dévoile être une courtisane experte qui use de ses charmes et de ruse, pour arriver à ses fins et devenir reine. Mélisandre, elle, sorcière adepte du Maître de la lumière, contrôle complètement Stannis.  Enfin, il y a quelques saisons en arrière, on n’aurait clairement pas mentionné Sansa. Mais celle qui faisait office de jouvencelle timide et naïve, a pris elle aussi le chemin de la manipulation, ce qu’apprendra Lord Baelish à ses dépens.

Game of Thrones offre donc une palette de caractères féminins aussi différente qu’importants, et qui sont loin de laisser leur part à leurs homologues masculins. Enfin, il y a Daenerys, et c’est peut être celle la plus représentative lorsque l’on parle de féminisme : À mi-chemin entre les deux styles de femmes dépeints, elle n’a pas froid aux yeux et mène son armée avec fermeté, tout en gardant une certaine compassion et une féminité certaine. Elle n’a d’ailleurs plus rien à voir avec la timide et douce jeune femme soumise à son frère du début de la série.

 

L’écrivain Daniel Mendelsohn s’est d’ailleurs penché sur cette problématique et affirme que les femmes sont « les vraies vedettes ».  C’est ce qu’il avance dans son article publié dans la New York Review of Books et intitulé « The Women and the Thrones ».

On croyait la série virile, machiste, et souvent critiquée pour l’abus de scènes de nus féminins et d’orgies, mais  il n’en serait rien : « Les gens qui se plaignent des femmes nues et du machisme ne comprennent pas la série. L’exploitation gratuite des corps féminins et l’univers hyper-masculin, qui sont très bien représentés, fournissent le contexte nécessaire dans lequel le vrai et profond thème du féminisme émerge. Les arcs narratifs les plus intéressants de Game of Thrones sont tous sur des femmes – Cersei Lannister, les filles Stark et surtout Daenerys Targaryen – qui, pour maintes raisons, doivent apprendre à survivre et à s’imposer dans un environnement macho et sexiste. Bien sûr que c’est du féminisme ! À quelques exceptions près, je trouve les personnages masculins ennuyeux et interchangeables ; les vraies vedettes sont les femmes. »

 

 

Vous savez maintenant tout des « coulisses » de Game of Thrones. De l’Histoire derrière le trône, de ce mélange entre fiction et réalité historique qui a inspiré l’auteur.

Ne reste plus qu’à patienter encore quelques mois afin de savoir ce que nous réservent les scénaristes dans cette lutte finale pour le trône de fer. Au programme, un ultime dénouement et certainement de nombreux rebondissements puisés dans l’histoire de notre civilisation, à l’image de ceux dont G. Martin nous a déjà régalé.

Tags

:

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *