logo-article

What kind of dystopian hellhole is this ?

The Underground Youth

Projet très personnel du stakhanoviste Craig Dyer, The Underground Youth sort “What kind of dystopian hellhole is this ? », un 9ème album qui pourrait enfin le faire sortir d’un injuste anonymat.

Épaulé par son épouse Olya Dyer, batteuse et graphiste responsable d’un univers qui mélange références littéraires, imagerie Nouvelle Vague et symbolisme gothique, The Underground Youth existe depuis 2008 mais ne capta l’attention hors de son fief mancunien qu’après sa signature sur le label londonien Fuzz Club, point de rencontre des formations anglaises à la croisée du rock psyché, du shoegaze et du garage (Cult of Dom Keller, The Oscillation, Dead Rabbits, Mugstar,…).

Après la réédition en 2016 de la quasi-totalité de sa discographie (prolongée en 2017  par la réédition des deux premiers albums sortis à l’origine en 2008 et 2009 en K7), The Underground Youth affirme sa singularité sur « What kind of dystopian hellhole is this ? » sur lequel reverb et fuzz chers au rock psyché ou au shoegaze se mettent au service de morceaux plutôt mid-tempo, entre la noirceur et la mélancolie d’un post-punk minimaliste  et sec et des ballades lancinantes et brumeuses (à l’image de la magnifique reprise de « Your sweet love » de Lee Hazlewood).

Un peu Jesus and Mary Chain, un peu Joy Division, un peu Velvet Underground mais surtout totalement Underground Youth.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *