logo-article

Sorcières, sages-femmes et infirmières

Une histoire des femmes soignantes

Barbara Ehrenreich, Deirdre English

Laideron à nez crochu, chaudron, manche à balais, sortilèges... L'imaginaire collectif regorge d'images lorsque l'on parle de sorcières. Depuis toujours, les femmes savantes, indépendantes, qui vivaient seules et soignaient le voisinage faisaient peur aux hommes. Engagées dans le Mouvement pour la santé des femmes dans les années 1970, Barbara Ehrenreich et Deirdre English enquêtent sur les racines historiques de la professionnalisation du corps médical.

En Europe, les sorcières étaient en majorité des guérisseuses, des « bonnes-femmes » qui soignaient les pauvres. Elles étaient souvent jugées plus efficaces et moins dangereuses que les médecins. Une concurrence gênante en somme… Et l’Eglise pensait que leurs pouvoirs venaient du diable.

Le Sabbat des Sorciers, Bourneville, Désiré Magloire, 1840-1909 (extrait)

Et si, derrière les chasses aux sorcières du Moyen-Age et de la Renaissance, mais aussi la suppression de la profession de sage-femme aux États-Unis, se cachait une véritable monopolisation politique et économique de la médecine par les hommes de la classe dominante ? Un phénomène qui aurait permis de reléguer peu à peu les femmes à la fonction subalterne d’infirmière docile et maternelle ? Depuis sa parution aux États-Unis en 1973, cet essai concis et incisif a ouvert la voie à de nombreux travaux de recherche et prises de conscience.

 

Pour aller plus loin, vous pouvez écouter cette série de podcasts sur France Culture : https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/sorcieres

 

 

 

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :
Thème :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *