logo-article

Murène

Valentine Goby

Un roman bouleversant - et pas mélo pour deux sous - sur la réappropriation du corps face au handicap.

Hiver 1956, à la suite accident électrique dans les Ardennes, François, 22 ans, grièvement brûlé est amputé de ses deux bras et de ses épaules. Lui auparavant si indépendant, perd toute autonomie. Au lieu d’éprouver son corps tel qu’il le faisait jusqu’alors sur les chantiers, il se retrouve dépossédé de son enveloppe corporelle, ne pouvant plus se débrouiller seul au quotidien. Devant ce corps qu’il ne reconnait pas et qu’il vit comme une prison, François va devoir faire un deuil impensable, le deuil de soi et de ce qu’il avait imaginé être. Refus, colère, rage, désespoir vont tour à tour se saisir de lui. Mais la vision de la grâce dont fait preuve une murène quand elle nage, animal qui provoque habituellement la répulsion, va lui donner la force de se réinventer et l’envie d’apprivoiser ce nouveau corps par la natation.

À travers ce roman éprouvant, Valentine Goby nous offre une réflexion sans concession et sans pathos sur le handicap. C’est aussi la place du handisport qui est ici interrogée, nous contant ses balbutiements et son impact. À lire absolument.

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *