logo-article

L’été des charognes

Lauréat du prix littéraire de la Vocation en ce mois de septembre 2017, Simon Johannin signe un premier roman sombre, atypique, décidément choc.

C’est en Janvier dernier que paraît le roman aux éditions Allia.

L’été des charognes, c’est l’histoire d’une enfance passée dans une bergerie, dans un petit hameau perdu du Tarn.

ça commence avec le narrateur et son copain Jonas qui tuent un chien à coups de caillasses pour se venger de la voisine qui a écrasé leur chat.

C’est l’été et les enfants trainent, jouent dans les alentours, aident un peu les adultes aux travaux de la ferme.

Les enfants rient et se prennent des baffes, les parents bossent et décompressent tant bien que mal, les animaux meurent, les gens meurent.

Après l’été, les enfants grandissent, les vices aussi.

Le narrateur, raconte ses errances, quasi hallucinatoires, dans une ville qui semble aussi sauvage que la campagne qu’il a quitté.

L’écriture est nette, coupante et ô combien poétique.

Les images sont brutales, choquantes, percutantes.

Simon Johannin, du haut de ses vingt-trois ans, signe là une fiction très noire, sans pitié, mais qui pourtant, est emprunte d’une justesse et d’une nostalgie qui vous percutent avec douceur, pour vous rester dans un coin de la tête, comme les souvenirs d’un été au milieu de nulle part que, vous aussi, vous auriez vécu.

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *