logo-article

La pensée mauvaise

Essai philosophique

Penser les plaies...

Après avoir traité d’une manière extrêmement détaillée de l’incarnation du mal dans son précédent livre historique consacré à Adolf Eichmann (Eichmann avant Jérusalem, 2011), Bettina Stangneth replace sa pensée philosophique au centre de cette question, après Kant et Arendt.

Radical et banal, le mal est selon ces deux grands philosophes, fondamental et absolu – mais aussi ordinaire et médiocre. C’est là que le propos de l’auteure s’extirpe de ces pensées : comment parvenir à circonscrire le mal et ses constructions grâce à la raison et à la morale. Une langue précise et des mots justes pour un propos nécessaire.

Après l’accueil de son Eichmann il serait dommage que le nouveau livre de Bettina Stangneth ne trouve pas l’écho qu’il mérite.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *