logo-article

Kedi : des chats et des hommes

Ceyda Torun

«Je crois que les chats d’Istanbul disent la dureté de vivre libre, car tout n’est pas rose et ils en subissent les conséquences.»

https://i0.wp.com/smellslikerock.net/wp-content/uploads/2018/04/Kedilefilm.jpg?fit=1280%2C720

 

Istanbul ville des chats.

 

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQlJBc9emrrZt0aVuy5vvLn1nMRhyEL_nPe8-FuaVODpMdRR0ar

 

Ici, les félins sont rois depuis toujours.

Ils forment une communauté libre et sans contrainte.

 

La ville est belle même si l’urbanisme s’intensifie.

Les habitants des quartiers, qui vont disparaître, ne s’inquiètent pas pour eux mais pour les matous.

 

https://leschroniquesdecliffhanger.files.wordpress.com/2018/04/kedi-slide-cliff-and-co.png?w=300&h=200&crop=1

 

Si les chats n’ont plus de territoire, où iront-ils ?

 

Dans ce documentaire, les témoignages des humains sont simples et sincères.

Les chats ne sont pas que des gentils matous.

Ce sont des félins des rues, ils acceptent l’homme mais pour eux, pas de maître, mais un dieu dont ils sont les messagers.

 

« Ils donnent l’impression de connaître l’existence de Dieu ».

 

Beau documentaire sur cette relation homme-chat.

 

«Vous savez, les chats constituent une sorte de lien social entre les gens. Ils apportent du réconfort à certains, et permettent d’ouvrir le dialogue entre passants.»

 

https://www.dvdfr.com/images/anecdotic/_news/2018/06/kedi_des_chats_et_des_hommes_5.jpg

Très beau.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *