logo-article

D’Afrique en Palestine

Edward Wilmot Blyden

Un récit de voyage original écrit par un afro-américain d’origine libérienne, Edward Wilmot Blyden, né dans les années ’30 du XIXe siècle dans les Antilles britanniques et mort en 1912 au Sierra Léone.

Le voyage en Orient n’a pas été le premier périple du pasteur Blyden. Pour s’y rendre en mai 1866, il quitte le Liberia et passe par la Grande Bretagne, Malte puis l’Egypte. Il s’arrête pour visiter les pyramides, Alexandrie et le Caire et repart en juillet à Jaffa, en Palestine. Après avoir visité le Liban, il se rend enfin à Jérusalem.

Les principales qualités du récit résident dans une langue très raffinée, avec de nombreuses références littéraires et bibliques car Blyden est un homme cultivé. Le récit est une mine d’informations sur les pays qu’il visite. Sensible aux problématiques liées au Continent Noir, l’auteur signale la présence d’Africains parmi les pèlerins au Saint-Sépulcre ou les fidèles de mosquée de Jérusalem. Il leur redonne une présence, assez effacée dans les récits des occidentaux de l’époque. Son engouement pour les antiquités égyptiennes est immense ; pour lui, le Sphinx et les pyramides sont le fait d’une civilisation africaine. Depuis les années 1830, cette vision fut défendue par de nombreux intellectuels américains pour contrer la vision dominante qui niait à l’Afrique toute participation à l’Histoire.

On repère dans ce récit un grand intérêt pour la culture musulmane. Le pasteur avait une bonne connaissance de l’Islam et de l’arabe avant de se rendre en Palestine.

Publié pour la première fois à Manchester en 1873, ce récit de voyage singulier est le premier laissé par un afro-américain.

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *