logo-article

Cannibale

Calypso Valois

La rétromanie enchantée de la french-pop a encore frappé avec le premier album de Calypso Valois.

On s’empressera de dire pour plus vite l’oublier qu’elle est fille d’Elli & Jacno et filleule de Daho. Comment dans ces conditions ne pas faire de musique ? Et comment en faire avec une telle ascendance ?

A l’évidence Cannibale passe par-dessus les questions, avec ses 11 titres envoûtants ou délicieux, sans déchet ni fausse note.

L’album navigue dans des eaux synth-pop funkoïdes, savamment eighties, où croisent Chamfort et Lio (La nuit, Vis ta vie). Des bulles minimales et acidulées à la Elli & Jacno –oui, quand même !- pétillent en surface (Baignade, Méchante fille), s’apaisent le temps d’une balade douce amère à la –oh oui encore !- Chamfort (Tes mots). Et puis, superbe, vient l’allant syncopé d’une psyché-pop très gainsbourienne (Cannibales), ou alors futuriste (Amoureuse).

La production et les arrangements dosent avec art le décalque et la réinvention, faisant de ce Cannibale un fin gourmet, très séduisant.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *