logo-article

Ça raconte Sarah

Pauline Delabroy-Allard

Ça raconte Sarah, "ses yeux de serpent aux paupières tombantes". Ça raconte ça : la rencontre, l'amour passionnel, l'amour destructeur. Et la suite, après Sarah.

Premier roman de Pauline Delabroy-Allard déjà primé par bien des récompenses depuis sa parution, Ça raconte Sarah ne raconte pourtant pas que Sarah.

Sarah, femme vivante aux paupières tombantes, rencontre une autre femme -notre narratrice-, une jeune femme comme il faut : fille de ses parents, mère de son enfant, professeure de ses élèves. Ça raconte la rencontre, l’amour naissant qui devient passion, presque poison.

Ça raconte à toute allure deux ans d’un amour si fort que ça étouffe, si puissant que c’est pas vivable.

Et après, ça raconte la fin subite d’une relation : Sarah malade, Sarah vers la mort et la narratrice qui perd pied, ne sait plus à quoi se raccrocher après avoir tant donné, tout abandonné pour elle.

Après ça, après Sarah, se reconstruire par la fuite, à travers d’autres villes et paysages, sans son image et son souvenir à chaque coin de rue, quitte à se perdre un peu, beaucoup, à la folie.

Pauline Delabroy-Allard, de son écriture envoûtante où aucune formulation, aucune répétition ni référence ne semblent être laissées au hasard, signe avec Ça raconte Sarah une entrée en littérature d’une rare qualité qui la fait incontestablement sortir du lot des primo-romanciers de la rentrée.

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *