logo-article

By your side

Uptown Lovers

Un album de soul-music produit entre Saône et Rhône est particulièrement rare pour le signaler surtout quand celui-ci pourrait aisément rivaliser avec des productions anglo-saxonnes.

La comparaison avec une grande star internationale est souvent aisée pour décrire rapidement une nouvelle production.

Alors oui « By your side » le premier album de ce duo lyonnais, composé de la chanteuse Manon Cluzel (Supa Dupa) et du guitariste Benjamin Gouhier (Isaac’s Mood), nous fait immédiatement penser à Amy Winehouse, celle de la période « Frank » avec des compositions sincères, libérée des étiquettes et qui ne cherche pas forcément le tube. Plusieurs éléments nous permettent d’établir une telle comparaison.

D’abord pour la puissance et l’intensité de la voix de Manon Cluzel,  souvent douce sur des compositions éthérées, elle s’avère explosive sur un morceau comme « By your side » ou «End of the story ». La palette vocale semble être infinie pour cette chanteuse aussià l’aise avec le jazz, la soul ou le folk.

Mais la comparaison ne s’arrête pas là. Tout comme la prodige britannique, le duo voyage entre pop, soul, folk ou jazz, non pas par manque d’identité mais parce qu’une culture musicale bien construite se fait, à l’heure actuelle, par la digestion de multiples styles. Et cet univers singulier nous séduit et nous surprend à chaque morceau, passant d’un folk pop (Still in love) à des volutes bluesy (Elisa) ou à un rap old school, évoquant une Macy Gray (Psycho).

Si le titre Silence se suffit d’un accompagnement de guitare cristalline et de fines notes de violoncelle c’est alors la voix de Marion qui fera la différence et qui emmènera tout le monde. Le titre répond à une longue plage progressive psyché-soul (plus de 7 mn) entre Stevie Wonder et Carlos Santana. Cet album -concept on peut le dire- doit d’ailleurs s’écouter d’une traite et dans l’ordre pour jouir de l’articulation voulue par le duo.

Parce qu’enfin cet album bénéficie d’une production soignée et sans artifice. Enregistré aux studios de l’Hacienda sous la houlette du sorcier Stéphane « God Fader » Piot (plus de 30 ans d’expérience) l’enregistrement évolue avec l’aide progressive d’une dizaine de musiciens professionnels qui laissent au duo amiral toute liberté à leurs compositions.

Très inspiré par la soul des années 70’s évoquant ici un Sly Stone, là un Stevie Wonder ou encore un Bill Withers, au final c’est bien un album des Uptown Lovers, authentique et personnel.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *