Les résidences d’artistes

Créer mieux, plus ou différemment

- temps de lecture approximatif de 4 minutes 4 min - Modifié le 16/11/2019 par T.O.

Hors du circuit marchand, hors parfois même de l’impératif de restituer le fruit de son travail, la résidence d’artiste apparaît comme une bulle vertueuse pour le créateur et le monde de l’art lui-même. Quelques mots sur les ingrédients de cet heureux dispositif...

restitution de la résidences d
restitution de la résidences d'artiste de Jacqueline Salmon. bibliothèque municipale de Lyon

 

Définir précisément la résidence d’artiste est compliqué tant le concept se décline en une multitude de formes. Pour autant, et comme l’indique bien son nom, la résidence est d’abord une question de lieu.
En complément d’un précédent article sur ce thème, nous vous proposons un éclairage spécifique sur les résidences en arts visuels et contemporains.

 

1. Une diversité de propositions

Le ministère de la Culture définit la résidence d’artiste comme « un lieu qui accueille un ou plusieurs artistes pour que celui-ci ou ceux-ci effectuent un travail de recherche ou de création, sans qu’il n’y ait d’obligation de résultat » et rajoute comme paramètres « la mise à disposition d’un lieu de vie et de création, des moyens financiers, techniques et humains.». Cet idéal est néanmoins à nuancer car il n’est pas rare que la proposition ne comporte qu’une partie de ces moyens.

Au risque de propositions inégales, le fait que toute structure puisse lancer son appel à résidence quels que soient les moyens offerts aux créateurs, peut également se penser comme une chance. Cette latitude a en effet permis à ce dispositif apparu dans les années 1980 de passer d’une cinquantaine de propositions à plus de 200 en quarante ans.

La résidence d’artiste constitue en un partenariat fort entre la structure porteuse et l’auteur invité dont il est souhaitable qu’une convention formalise les attentes mutuelles. Concernant les arts visuels, un modèle élaboré entre plusieurs acteurs institutionnels fait référence.

Restitution de résidence all welcome all mercy. Espace d’art concret. © Katrin Ströbel


2. La résidence d’artiste : un autre rapport au quotidien

A travers une immensité de variables (logement, moyens financiers, techniques et/ou humains présents, axe de travail prédéfini ou pas), investir un nouvel espace comme un lieu de vie ou d’investigation temporaire, permet avant tout de s’extraire de son périmètre de confort en allant voir ailleurs.
Condition nécessaire à l’acte de création, la sortie du rythme quotidien s’accompagne de l’entrée dans une temporalité différente. La résidence est en effet un temps pleinement dédié à la création, non interféré par le rythme et les activités habituelles. Un tel contexte, aussi rare que précieux concentre la recherche plastique de manière à avancer plus vite, mieux ou autrement.

Lieu d’expérimentation, la résidence est parfois également un lieu de diffusion.
La restitution publique, loin d’être systématique, permet à l’artiste de confronter à chaud le fruit de son travail. C’est la raison pour laquelle le lieu même de la résidence est parfois choisi en cohérence avec le projet imaginé, c’est par exemple le cas de l’édition 28 de la résidence Vidéophonic, pour laquelle les artistes Fraction & Maotik ont souhaité bénéficier des volumes du planétarium de Vaulx-en-Velin pour y développer leur œuvre immersive.

 

 

3. Où trouver sa résidence d’artiste

Quiconque peut proposer une résidence d’artiste et en moduler les critères. Des plateformes institutionnelles dont voici quelques exemples, en fédèrent un grand nombre :

* le Centre national des arts plastiques (CNAP) : établissement public du ministère de la Culture qui s’attache à soutenir et à promouvoir la création artistique contemporaine fédère un certain nombre d’offres sur son site.
* La Fédération des professionnels de l’art contemporain (CIPAC) : organisme regroupant des organisations professionnelles et des réseaux engagés pour le soutien à la création et la diffusion de l’art contemporain en France liste des propositions de résidences dans sa rubrique d’offres d’emplois.
* Documents d’artistes (DDA) : plateforme spécialisée dans les ars visuels,  propose un ensemble d’appels à projets.
* Art en résidence : réseau national fédérant ressources mais également propositions de résidences.

 

4. Résidences : soyons fous

Si la résidence d’artiste permet au créateur de s’extraire de son contexte, certaines propositions prennent le parti de le décontextualiser radicalement, en l’ouvrant à l’inédit le plus déconcertant. Dans cet esprit, la Container Artist Residency se déroule à bord de cargos commerciaux et invite des artistes à produire des œuvres tout en voyageant. Lancé en octobre 2015, le projet prévoit une série d’expositions internationales en guise de restitution de cette expérience atypique. S’il est question de s’isoler, l’apport de cette résidence tient également au partage entre les différents artistes présents, mais aussi avec l’équipe de navigation.

Cet exemple représente selon Julie Ackermann, journaliste pour Beaux arts magazine, l’une des résidences les plus folles du monde. Nous vous laissons découvrir dans cet article les quatre autres exemples, qui rivalisent d’originalité.

Inviter un artiste à résider ?
Enfin, si vous n’êtes pas artiste mais que vous souhaitez connaître de plus près les ressorts de la création, l’initiative lancée par hostanartist est pour vous.
Cette plateforme internationale permet à tout propriétaire d’offrir à des artistes un lieu de résidence en échange d’une œuvre d’art, ou, dit le site, de toute forme qui permet de créer un lien inédit avec leurs hôtes.

 

Pour aller plus loin :

– L’ouvrage de Catherine Douzou sur les résidences d’artistes.
– le CNAP a édité un guide téléchargeable rassemblant  les informations pratiques essentielles relatives au dispositif, ainsi qu’un grand nombre de lieux en France.

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *