Chez le barbier

L’harmonie barbershop

- temps de lecture approximatif de 2 minutes 2 min - Modifié le 25/06/2020 par Civodul

Bien que présent ailleurs le genre du quatuor vocal masculin a cappella semble être une spécialité du Nouveau Monde. Le style "barbershop" s’inspire des pratiques de chant du sud des États-Unis de la fin des années 1800 et du début des années 1900. Il nait chez les barbiers qui jouent au début du XXe siècle un rôle agrégatif dans cette communauté : les hommes fréquentent alors régulièrement ces établissements pour leur aspect social ; ils chantent ensemble les chansons populaires de l'époque, créant de toutes pièces des harmonies vocales autour de la mélodie principale.

Le style Barbershop prend alors une part importante dans le paysage musical américain, avec l’apparition de nombreux quatuors se produisant dans les comédies musicales de l’époque.

Ecrit à l’origine en harmonie serrée pour se plier à l’ambitus limité des tessitures masculines usuelles, le barbershop explore de nos jours des tessitures extrêmes, de l’infra grave de la basse profonde aux contre-notes stratosphériques des falsettistes et les accords simples des origines ont fait place  à des harmonies subtiles et sophistiquées.  Et à présent  le côté spontané de l’improvisation fait  souvent place à une savante science de l’harmonisation.

À la limite de disparaître dans les années 1930 suite à la popularisation de la radioffusion,  il est préservé par une poignée de nostalgiques outre-atlantique et codifié pour en préserver le style unique. Encore vivace actuellement le barbershop est incarné  par une quantité d’excellents chanteurs – souvent de formation classique – et rassemble un nombreux public lors de compétitions aux États-Unis et au Canada, notamment organisés par la prestigieuse Barbershop Harmony Society. Sur scène le barbershop ajoute à l’aspect purement musical un élément théâtral, volontiers comique et fantaisiste qui en augmente le charme. Voici un petit assortiment du genre :

 

  • Aux origines était le gospel. Voici, contée avec verve par les  Jubalaires Singers,  l’histoire de l’Arche de Noé :

 

  • Le barbershop privilégie des mélodies préexistantes, a priori des hits connus de tous. C’est essentiellement un monde de reprises et c’est l’harmonisation et l’interprétation qui vont faire la différence. Le pot-pourri, ou medley en bon anglais, est un élément important :

 

  • Une pépite du barbershop à son meilleur, délicieusement ringard et musicalement exquis :

 

  • Voici une impressionnante performance narrative et musicale sur le thème du roman de Victor Hugo :

 

  • Dans le même esprit d’illustration musico-théâtrale l’histoire merveilleuse d’Aladin :

 

  • Quatre autres garçons dans le vent :

 

  • Le tube planétaire de Queen barbershoppé (pour une autre version savoureuse en quintette voir ici) :

 

Le quatuor vocal masculin vous séduit mais le barbershop vous barbe, voire vous rase ? Voici quelques autres formules subsidiaires :

  • Ethnique corsé :

 

  • Latin lovers langoureux qu’on a honte d’aimer :

 

  • Sobrement classique

An Mozart, Quatuor pour voix d’hommes a cappella / Giacomo Meyerbeer :

 

  • Pour terminer, un quatuor solitaire, touchante prière,  petit bijou de vocalité et de mixage.

 

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *