Rock the Casbah – Une chanson, trois interprètes

- temps de lecture approximatif de 2 minutes 2 min - par Silomoderne

Qui ne connait pas le morceau mythique « Rock the Casbah » du groupe punk rock « The Clash » ?

Rock the casbah
Rock the casbah

La postérité de ce tube au ton allègre, révolté, contestataire et fraternel avait pourtant fait un retour fracassant dans nos réalités quotidiennes, celles des années 90

« En 1991, en pleine Guerre du Golfe, des soldats américains ont ainsi bombardé l’Irak avec des bombes sur lesquelles ils avaient écrit « Rock the Casbah », en référence au morceau du groupe de punk-rock The Clash, sorti neuf ans plus tôt sur le mythique album Combat Rock. », In Les Inrockuptibles

Bazarder des bombes de quelques tonnes sur la population civile n’a rien de très cool ni de très réjouissant, mais le faire en l’affublant du surnom « Rock the Casbah » est profondément indécent et odieux.

Coutumiers de ces surnoms ridicules, l’armée américaine affuble souvent d’un nom de baptême d’un cynisme absolu les bombes qu’elle fait exploser sur des états en guerre, mais aussi sur des peuples supposément belligérants.

Il suffit de penser à « Little Boy » et « Fat Man » qui furent des bombes à l’origine des ignobles Hiroshima et Nagasaki, ou encore la « mère de toutes les bombes » utilisée en Afghanistan…

Pourtant, « Rock the Casbah » est un tube qui n’a rien de violent ni de destructeur. Ce n’est pas un hymne belliciste et bourgeois, C’est d’abord et avant tout une chanson engagée qui dénonce l’avènement de l’Iran islamique avec la prise de pouvoir de l’Ayatollah Khomeiny et sa conséquence direct, la privation des libertés imposées à un peuple.

Nous avions, d’ailleurs, été prévenu, musicalement parlant, d’une telle disposition critique, avant même The Clash, et nous pouvions ainsi faire le lien entre cette version et une précédente concoctées cette fois-ci par le groupe français TRUST.

Nous restons dans la veine contestataire et fraternelle qui est l’Adn de ce genre musical. Trust avait tracé la voie, en quelque sorte, en moquant explicitement la révolution islamique et son guide avec la chanson ‘Monsieur comédie’ sortie deux ans plus tôt en 1980. Celle-ci n’a pas eu la même postérité que la version des Clash. Imaginez une bombe avec le nom d’emprunt ‘Monsieur Comédie’

« …Sous sa peau flasque, blindé comme un tank
Il vivait sous une tente, protégé comme une banque
Durant tout son exil, il n’a fait que prières

Derrière l’Ayatollah se terrait le tortionnaire… », In Trust

 

C’est ainsi que quelques années plus tard la version d’« El Casbah de Sidi Tahar » fait son entrée dans le concert des nations musicales. Rachid Taha apporte sa note personnelle et traduit cet hymne contestataire en langue arabe, mais surtout en langue mythique.

Ce tube fait le tour de la planète, suit les pérégrinations de Rachid, ici et là, de Norvège en terre de feu,  et 25 ans plus tard, rend hommage au groupe punk rock, lui redonne sa valeur et sa force première. La musique est avant tout affaire de contestation, d’esprit et de liberté.

 

————————————————————————————

Œuvres de The Clash

Œuvres de Trust

Œuvres de Rachid Taha

Article « les Inrockuptibles » : Le jour où l’hymne fraternel « Rock the Casbah » est devenu une arme de destruction massive

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.