Instrument à découvrir

Le Berimbau

- temps de lecture approximatif de 3 minutes 3 min - Modifié le 01/03/2022 par Juliette A

Cet instrument brésilien en forme d’arc fait partie des cordes frappées, et est utilisé traditionnellement dans la capoeira.

Berimbau - par Cin Srz
Berimbau - par Cin Srz

Origine

Le berimbau se rapproche de la guimbarde originelle, dont il emprunte le nom et la forme en arc. Il peut être appelé de très nombreuses façons selon son origine (Brésil, Portugal, Angola, Bénin, etc) et peut se retrouver sous quatre formes différentes :

  • Le birimbao en métal, (guimbarde)
  • Le berimbau-de-boca en forme d’arc, qui utilisait la bouche comme résonateur, et qui n’existe plus aujourd’hui.
  • le berimbau-de-bacia: un grand arc est tendu entre deux bassines, et le musicien joue à l’aide d’un caillou ou d’une pièce en metal et d’une baguette, lui permettant de jouer à la fois la rythmique (baguette), et la mélodie (avec la pierre ou la pièce).
  • le berimbau-de-barriga : la forme la plus répandue aujourd’hui, constituée d’un arc et d’une calebasse.

L’arc, appelé « vergue », « fare » ou « biriba » peut faire de 1,30 à 1,70 mètres, et sert à tendre une corde en métal entre ses deux extrémités. Cet instrument est indissociable du caxixi, petit hochet en osier tressé avec un fond en noix de coco ou en calebasse, dans lequel sont glissés des graines.

CC-BY-NC-ND-Marzia Bertelli

Modes de jeu

L’instrument est tenu avec la calebasse en direction du ventre : la main gauche permet à la fois de le tenir en passant le petit doigt dans la cordelette en bas de l’arc, tout en tenant entre le pouce et l’index la pierre qui servira à contrôler la hauteur du son. La main droite quant à elle tient la baguette et le caxixi, s’il est utilisé.

CC-BY-Elvert Barnes

 

Dans la capoiera, le berimbau est joué avec trois sons différents :

  • Le son « grave » : l’instrument est décollé du ventre (ce qui permet sa résonnance), et la pierre n’est pas en contact avec la corde. Le son émi est donc grave et résonnant, « tchong », ou “don”.
  • Le son « aigu » : l’instrument est décollé du ventre, mais cette fois-ci la pierre appuie sur la corde, ce qui permet d’obtenir un son aigu, « tching », ou “din”
  • Le son « cassé » : obtenu en plaquant l’ouverture de la calebasse contre le ventre, et en gardant la pierre appuyée contre la corde, ce qui étouffe le son, « tch »
  • On peut y ajouter le son du caxixi

Les vidéos suivantes vous font entendre les trois différents sons, et proposent quelques pistes pour commencer à jouer de cet instrument.

Il est aussi possible d’y ajouter un effet “wah wah” en jouant sur la distance entre le calebasse et le ventre :

Utilisation dans la capoeira

Ces sons permettent de produire des rythmiques, qu’on appelle toques dans la capoiera (il y a aussi des toques d’atabaque et pandeiro, les deux autres instruments de la capoeira).

Le berimbau se joue au sein de la roda de capoeira : les musiciens forment un cercle autour des joueurs, et cet ensemble est traditionnellement constitué du berimbau, l’atabaque, le pandeiro, l’agogo et le reco-reco (proche du güiro). Voici quelques exemples de jeu traditionnel :

Pour aller plus loin :

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.