"Histoire" de synthétiseur

L’incroyable histoire du synthétiseur Loumavox

- temps de lecture approximatif de 2 minutes 2 min - Modifié le 06/01/2022 par Luke Warm

Tout commence mi-décembre 2021 par la mise en ligne d’une vidéo, « L’enquête Loumavox ». Une incroyable enquête d’une vingtaine de minutes, résultat d’un atelier vidéo d’un groupe d’élèves du lycée agricole de Courcelles-Chaussy près de Metz.

Suite à la découverte par l’une d’entre eux, au fond d’une grange, de quelques valises comportant du matériel électronique, des lettres, des photos, un cahier et même une partition, ces élèves vont tenter d’en savoir plus. Ils vont ainsi découvrir un prototype de synthétiseur datant de la fin des années 60, le Loumavox.

Ce prototype est l’œuvre de Louise et Marc Vokzinski qui donneront leur nom au synthétiseur : LOU (pour LOUise), MA (pour Marc) VOX (pour VOKZinski). Louise est musicienne et découvre ébahie le Buchla 100, un des premiers synthétiseurs, lors d’un voyage en Californie. Son frère Marc est lui plus versé dans la technique.

Louise Voksinski et le Loumavox

Ensemble ils créeront ce synthétiseur, jamais commercialisé et inconnu de tous, même des spécialistes consultés lors de leurs recherches comme Jean-Michel Jarre.

Relayée par la presse locale ou des sites internet spécialisés (Synth Anatomy, Synthopia), cette découverte va susciter de nombreuses réactions entre scepticisme, émerveillement et incrédulité. Une nouvelle enquête, de fact checking cette fois-ci, démarre donc sur internet pour traquer les incohérences techniques ou historiques. Certains soupçonnant même le teaser promotionnel comme le site Synthfood.

La vérité éclate le dernier jour de 2021 : « L’enquête Loumavox » est un documenteur. L’histoire de Louise et Marc Vokzinski est un fake, sortie de la tête d’élèves imaginatifs avec la complicité de Jean-Michel Jarre et d’autres qui s’expliquent dans la vidéo « Loumavox révélations ». On peut notamment y voir tous les protaganistes comme le fabricant du Loumavox (qui existe donc bien), Lucille qui incarne Louise Vokzinski sur les photos « d’époque » ou Fantôme Josepha qui a créé la musique pour le synthétiseur.

Une expérience qui fait se croiser engouement pour les synthés vintage, hommage aux pionnières des musiques électroniques et éducation aux médias.

Pour aller plus loin :
  • La musique pour Lumavox composée par Fantôme Josepha :

  • Le facebook de “l’aventure” Lumavox
  • Pour en savoir plus sur les pionniers des synthétiseurs : “Les fous du son” par Laurent de Wilde

 

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.