Oh les belles collections !

Petit focus sur un éditeur que nous aimons : LLL, alias Les Liens qui libèrent

- temps de lecture approximatif de 2 minutes 2 min - par Pseudo

Démêler les poncifs, aiguilleter les idées empâtées, détricoter les tapisseries cérébrales un peu usées, hisser la grand-voile mentale en déliant les langues. ... Proposer du liant un brin engagé : joli fil d’Ariane des Liens qui Libèrent.

 

La maison d’édition Les Liens qui Libèrent a été créée en 2009 par la psychanalyste Sophie Marinopoulos et Henri Trubert, ancien éditeur chez Fayard. Ouvertement engagée à gauche, elle propose un catalogue d’une vingtaine de titres par an.

Leurs publications transversales, signées de philosophes, juristes, politologues, sociologues, économistes, pédagogues sont à contre-courant d’une pensée académique et conformiste et privilégient des raisonnements originaux et détonants :

Vaste trombinoscope d’auteurs et de collectifs (Attac, Les Économistes Atterrés, la Fondation Copernic) pour s’attaquer à ce qui crée la « déliaison » de nos sociétés occidentales :

 «  (…) économisation du monde, financiarisation de l’économie, individualisme exacerbé, perpétuation de l’idée de l’homme comme « maître et possesseur de la nature », croyance en l’autodétermination de l’individu, déni du sujet symbolique ou imaginaire, biologisation des comportements, crise de la solidarité sociale, approche fragmentée des savoirs, prégnance du réductionnisme dans les sciences, crise du lien démocratique, marchandisation des relations sociales ou du vivant … »

 

 

Suivre notre cordée documentaire !

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *