Intégration et identité nationale

- temps de lecture approximatif de 4 minutes 4 min - Modifié le 06/09/2016 par Michel W.

Dans les discours sur l'immigration, le mot "identité" figure parmi les mots les plus employés, preuve que les enjeux identitaires sont au cœur de la réception de l'étranger. Car s'il est vrai qu'il faut rencontrer l'Autre pour savoir qui l'on est, l'identité collective de la Nation française est peut-être en train de se reconstruire au contact des migrations, non sans mal.

Français
Français CC0 Image by ericniequist / Pixabay

Le 6 avril 2016, la Bibliothèque municipale de Lyon accueillait Angéline Escafré-Dublet pour une conférence consacrée à la citoyenneté des descendants d’immigrés face à l’imaginaire national, l’occasion d’éclairer le débat public sur la lancinante question de l’échec du modèle français d’intégration. Au delà de l’agitation politique et médiatique qu’elle suscite, celle-ci renvoie à l’antique question du rapport à l’étranger au sein de la Cité, ici incarnée par les Nations modernes. Depuis la Révolution française, la Nation française se revendique d’un projet politique commun transcendant les différentes populations qui peuvent la constituer. Ce modèle s’oppose historiquement au modèle Allemand de Nation fondée sur l’appartenance à une ethnie. Il existe donc en théorie une distinction entre nation civique et nation ethnique.

L’intégration républicaine

Dans le modèle dominant d’État-nation où un État se confond avec une Nation, la nationalité permet de distinguer le citoyen de l’étranger. Dès lors, c’est l’acte d’attribution de la nationalité qui incorpore l’étranger dans le corps de la Nation. C’est ainsi qu’en France, le modèle républicain d’intégration repose en principe sur l’adhésion de l’étranger à un contrat civique dont les conditions sont posées par l’État. Or, dans les faits, il est de plus en plus demandé aux candidats de montrer des signes d’assimilation culturelle. Dans son enquête de terrain sur le processus de naturalisation(1), le sociologue Abdellali Hajjat montre comment l’État construit des figures de l’étranger et fabrique l’identité nationale à travers l’élaboration et la mise en œuvre de ces critères.

Un modèle en panne

Depuis les années 80, on entend régulièrement parler d’un malaise – réel ou supposé – du modèle d’intégration français. Toutefois, ces polémiques récurrentes sur l’intégration des immigrés en France trahissent bien souvent un manque de données précises à ce sujet. C’est tout l’enjeu de l’enquête  Trajectoires et Origines : enquête sur la diversité des populations de France (2), publiée en 2016, qui a été réalisée par l’Institut national d’études démographiques (INED) et l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). De 2008 à 2009, 22 chercheurs ont scruté les vies de plus de 22 000 répondants issus des 7 grandes vagues migratoires de la fin du XXème siècle. Cette enquête sociodémographique, la première d’une telle ampleur en France, s’attache à analyser l’impact des origines (ainsi que les autres caractéristiques sociodémographiques telles que le milieu social, le quartier etc.) sur les conditions de vie des immigrés et de leurs descendants. Salutaire, elle permet de combler d’importantes lacunes en termes de données qualitatives et quantitatives sur leurs parcours d’intégration.

Enjeux identitaires

Affaire du voile, débat sur l’identité nationale, extension de la déchéance de nationalité… Ces préoccupations indiquent-elles un essoufflement du modèle français d’intégration ? Si longtemps le modèle politique de l’intégration républicaine a produit des effets d’assimilation culturelle, il se heurte aujourd’hui aux enjeux identitaires liés notamment à la diversité postcoloniale et migratoire. Ainsi assiste-t-on à l’émergence d’une conception de plus en plus étroite et exigeante de la Nation via la culturalisation de l’identité nationale(3). Cette dernière semble mal s’accommoder des identités multiples – et par essence mouvantes – qui revendiquent une plus grande reconnaissance de leur diversité.

(1) Les frontières de l’identité nationale / Abdellali Hajjat, La Découverte, 2012

(2) Trajectoires et Origines : enquête sur la diversité des populations de France / sous la direction de Cris Beauchemin, Christelle Hamel et Patrick Simon, préface de François Héran, Ined éditions, 2016

(3) « Une citoyenneté controversée : descendants d’immigrés et imaginaire national » d’Angéline Escafré-Dublet et Patrick Simon dans Migrations et mutations dans la société française / sous la direction de Marie Poinsot, Serge Weber, La Découverte, 2014

Aller plus loin :

Cet article fait parti du dossier Etranges étrangers….

Tags

:

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *