Comment être un étranger ?

- temps de lecture approximatif de 5 minutes 5 min - Modifié le 12/09/2016 par Michel W.

En variant les points de vue (historique, philosophique, psychologique…), ce cycle de huit rencontres organisé par la BmL en 2015-2016 questionne autrement la notion d’altérité, la condition d’étranger, sa place et sa définition selon les sociétés. Visant à déconstruire cette notion et à en explorer les différentes facettes, ces conférences ont été filmées et sont consultables en ligne.

copyright : George A. Spiva Center / Flickr

Qu’est-ce qu’un étranger ? Celui qui n’est pas du pays, qui est du dehors, est devenu dans le langage courant le différent, l’autre. Face à lui, la réflexion laisse parfois place à la peur, à la xénophobie. Les civilisations d’hier et d’aujourd’hui utilisent aussi ce terme pour désigner le marginal, celui qu’elles ont peur de devenir. Mais sont-elles si hermétiques face à ce qui leur est extérieur ? Elles ont une forme de porosité qui rend bien plus complexes l’identité et le rôle d’étranger. Entre appartenance d’origine et appropriation d’une autre culture, sentiment de soi et regard de l’autre, les manières d’être étranger sont en réalité multiples.

L’étranger face au droit (1/8) avec Geneviève Iacono

Tenter de décrypter la complexité de la situation des étrangers dans notre société est un véritable défi à relever. Une double catégorisation s’opère dans l’approche différenciée des étrangers en fonction de considérations géopolitiques et du traitement juridique des titres de séjours. Il en résulte des profils d’étranger très contrastés dans leurs droits et leurs statuts. C’est cette figure de l’étranger à l’aune du droit qu’interroge Geneviève Iacono, maître de conférences en droit public.

Qu’est-ce qu’un étranger dans une société d’ancien régime? (2/8) avec Simona Cerutti

La question de l’étranger, de son statut, des droits à lui accorder, de la place à lui reconnaître, occupe tant nos débats publics que sa définition nous semble évidente. Est étranger celui qui vient d’un pays lointain. C’est bien pourtant cette certitude que bouscule l’historienne Simona Cerutti à partir d’une analyse fouillée et passionnante des archives de la ville de Turin au XVIIIe siècle. Dans cette société d’Ancien Régime, le terme ‘étrangers’ renvoie en effet à une réalité bien plus complexe : l’habitant d’un village voisin, parfois le membre d’une même famille, peut être désigné comme étranger, et la personne originaire d’ailleurs ne pas entrer dans cette catégorie. L’étranger est moins une figure sociale qu’une condition présente à l’horizon de tout habitant de la ville. Il abandonne alors le masque de ‘l’Autre’, ainsi que sa place marginale dans le tissu social. Et c’est ici que le travail de l’historien nourrit nos interrogations actuelles : la peur des étrangers est moins le sentiment éprouvé par celui qui se trouve assiégé par une minorité inconnue et menaçante que la crainte diffuse d’une chute sociale qui peut intervenir dans tout parcours.

La condition de l’exilé : penser les migrations contemporaines (3/8) avec Alexis Nouss

Les phénomènes migratoires atteignent de nos jours une ampleur inédite et suscitent de graves crises sociétales en Europe et ailleurs. Au carrefour de la sociologie, de la philosophie et des études culturelles, Alexis Nouss, professeur de littérature, veut renouveler les analyses pour mieux comprendre ces réalités et suggère un changement paradigmatique qui substitue au lexique de la migration une pensée fondée sur les notions de condition exilique et d’exiliance afin de redonner un plein statut à la fois existentiel et politique au migrant. Le migrant est d’abord un exilé, porteur d’une mémoire et d’une histoire plurielles, propres à enrichir le vivre-ensemble. Comprendre le migrant en tant qu’exilé permettra de mieux l’accueillir et, en place d’un droit d’asile défaillant, d’esquisser les fondements d’un droit d’exil.

Des exils : violences de l’histoire et destinées singulières (4/8) avec Olivier Douville

Cette conférence propose de regarder la figure de l’étranger en croisant les perspectives anthropologique, psychanalytique et à interroger notre propre altérité… Sur l’exil, peut-être le sujet contemporain le plus brûlant, il pose un regard à la fois diachronique et synchronique : la transmission d’une génération à l’autre et la dimension mondiale toujours plus vaste, dans laquelle la Méditerranée comme « cimetière marin » n’est qu’un exemple. Face à ce phénomène, poser autrement les principes et les enjeux d’une anthropologie clinique peut faire reconsidérer l’exil comme une possibilité pour des sujets de déplacer leurs identités, en s’exilant au sein d’un autre système de valeur. De cette clinique de l’exil, le psychanalyste Olivier Douville apporte des témoignages toujours accompagnés de réflexions sur les différentes souffrances, et montre qu’il faut remettre sur le métier de nos conceptualisations la notion d’identité aux prises avec l’histoire, car si le soin psychique entretient des rapports avec le culturel, il en entretient surtout avec le politique.

Dedans, dehors, la condition d’étranger (5/8) avec Guillaume Le Blanc

Que signifie pour un individu être désigné “étranger” ? Et quel sens cette désignation revêt-elle pour la société qui la favorise et la cautionne ? Le philosophe Guillaume Le Blanc éclaire pour nous les processus qui assignent les étrangers à une place intenable : pris dans le fantasme d’une intériorité nationale, dans la nation mais dehors, avec elle mais sans elle. Dès lors, face à cette logique de l’effacement qui produit des hommes sans qualités, une question surgit : peut-on se penser soi-même comme un autre ?

Histoires de migrations (6/8) avec les réalisateurs Loïc Gatteau et Hannelore Girardot-Pennors

Projections des documentaires Etrangers / Obcokrajowcy de Loïc Gatteau et Alors… Où est-ce qu’on est chez nous ? de Hannelore Girardot-Pennors suivies d’un débat avec les réalisateurs. Malgré la diversité des histoires autour des migrations dans deux lieux différents (Pologne et Vienne) percent le commun de l’expérience migratoire et une interrogation : en quoi cette dernière peut-elle faire mémoire collective ?

Une citoyenneté controversée : descendants d’immigrés et imaginaire national (7/8) avec Angéline Escafré-Dublet

Les polémiques récurrentes sur l’intégration des immigrés en France trahissent bien souvent un manque de données précises à ce sujet. C’est tout l’enjeu de l’enquête « Trajectoires et Origines : enquête sur la diversité des populations de France », publiée en 2016, qui a été réalisée par l’Institut national d’études démographiques (INED) et l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). De 2008 à 2009, 22 chercheurs ont scruté les vies de plus de 22 000 répondants issues des 7 grandes vagues migratoires de la fin du XXe siècle. Cette enquête sociodémographique, la première d’une telle ampleur en France, s’attache à analyser l’impact des origines (ainsi que les autres caractéristiques sociodémographiques telles que le milieu social, le quartier, etc.) sur les parcours et les conditions de vie des immigrés et de leurs descendants. Angéline Escafré-Dublet, qui a participé à ces travaux, en présente les principaux résultats en ce qui concerne la question de la citoyenneté des descendants d’immigrés au prisme de l’imaginaire national.

Les constructions imaginaires et politiques de l’étranger (8/8) avec Pap NDiaye et Nasima Moujoud

Deux disciplines (anthropologie, histoire), deux champs de recherche (genre et migration, condition noire), et deux expériences se font échos et mettent la notion d’étranger en perspective avec notre monde actuel local ou global. Cet échange entre l’historien Pap Ndiaye et l’anthropologue Nasima Moujoud vise à démontrer en quoi les constructions imaginaires de l’étranger se fondent sur un territoire, son « récit national », et sur une «essentialisation identitaire» de ceux qui sont désignés comme étrangers. Ainsi pensés à tort dans des groupes homogènes, les étrangers seraient exclus, rendus invisibles dans l’espace social et politique.

Cet article fait parti du dossier Etranges étrangers….

Tags

:

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *