Le 29 février, une date exceptionnelle !

- temps de lecture approximatif de 8 minutes 8 min - Modifié le 11/10/2019 par Département Civilisation

Année bissextile, 2008 nous offre un jour de plus. Tous les quatre ans, le calendrier grégorien rattrape un quart de jour en raison de l'année solaire qui dure 365 jours 1/4. C'est ainsi que le 29 février prochain fera de 2008 une année exceptionnelle. Les années bissextiles sont une particularité du calendrier grégorien, elles reviennent logiquement tous les quatre ans, sauf exceptions et celles-ci sont nombreuses.

© Pixabay
© Pixabay

Le passage au calendrier Grégorien

JPEG - 13.1 ko

Notre calendrier, dit grégorien, a été créé en 1582 par le pape Grégoire XIII pour corriger le retard que prenait le calendrier julien sur le Soleil, retard qui atteignait 10 jours au moment de cette réforme. Ce calendrier est défini par rapport au calendrier julien de la manière suivante : le lendemain du jeudi 4 octobre 1582 (julien) fut le vendredi 15 octobre 1582 (grégorien), la succession des jours de la semaine étant respectée.Le calendrier grégorien ne diffère du calendrier julien que par la répartition entre années communes (365 jours) et années bissextiles (366 jours). Il a été adopté dès 1582 en Italie, en Espagne, au Portugal et dans les Pays-Bas catholiques. En France la réforme a été appliquée en décembre 1582, le lundi 20 décembre succédant au dimanche 9 décembre. Adopté progressivement jusqu’au début du XXème siècle par tous les pays, ce calendrier est maintenant en usage dans le monde entier où il coexiste avec des calendriers religieux traditionnels.
Dossier de l’Institut de Mécanique céleste et de calcul des éphémérides (IMCCE) sur les concepts de « chronologie, ères et calendriers ».

Rythmes du temps par Emile BIEMONT, Ed. De Boeck
Pour mieux comprendre notre calendrier, cet ouvrage replace la problématique de la mesure et de la découpe du temps dans son contexte astronomique puis historique. Il a fallu plusieurs millénaires à l’humanité pour passer du temps des lunaisons et des rythmes agraires des sociétés primitives au temps du quartz et de l’atome de l’homme moderne.

GIF - 11.6 ko

De temps en temps – Histoires de Calendriers, catalogue d’exposition, Ed. Tallandier
La mesure du temps est une construction historique dont cet ouvrage retrace les étapes à travers l’évolution du calendrier. Des livres d’heures médiévaux au big-bang des astrophysiciens, de la réforme de Grégoire XIII aux fantasmes des révolutionnaires de l’an II, de l’ère de l’Incarnation à l’ère hégirienne, du calendrier maya au calendrier des Postes, l’homme inventa, à travers les âges, de multiples façons pour compter le temps.

Un jour exceptionnel

Le 29 février est le 60e jour de l’année du calendrier grégorien et du calendrier julien en cas d’année bissextile. Cette date exceptionnelle n’existe que tous les quatre ans (rythme des années bissextiles), sauf les années divisibles par 100, mais existe bien les années divisibles par 400. Ce fut le cas pour l’an 2000.

L’ancien calendrier appelé « julien » n’en tenait pas compte. Au cours des années, le calendrier julien accumulait du retard et affichait 10 jours en moins en 1500 ans. Vers 46 avant Jésus Christ. Jules César fit appel à l’astronome grec, Sosigène, pour régler ce problème. L’astronome a donc réformé le calendrier et a ajouté un jour tous les 4 ans entre le 24 et le 25 février. A l’époque les romains ne comptaient pas les jours à partir du 1er du mois mais au contraire le nombre de jours qui restaient avant le 1er jour du mois suivant. Le 24 février s’appelait « sexto ante calendas martii » (sixième jour avant le 1er mars). De plus, ce jour supplémentaire est dit bis. Ainsi, le sixième jour bis avant le premier mars se traduit en latin bis-sextus.

L’erreur a été corrigée. Mais le calendrier continuait d’afficher un décalage de 10 jours. Ainsi le pape Grégoire XIII a décidé de passer directement du 4 au 15 octobre pour revenir à l’heure. En 1582, on a donc instauré le calendrier grégorien, et d’autres règles pour les années bissextiles.

Histoire du calendrier – Images du temps, catalogue d’exposition présentée à l’Abbaye de Noirlac du 5 mai au 2 octobre 2000, Ed. Skira.

Une année bissextile est une année de 366 jours, comprenant un 29 février. En latin, on emploie le terme de bisextus pour désigner le jour intercalaire que l’on plaçait tous les quatre ans dans le calendrier julien. Ce mot est composé de bis (deux fois) et de sextus (sixième). On doublait le sixième jour avant les calendes de mars, c’est à dire le 24 février. Un bissexte, c’est à l’origine un 24 bis de février !

C’est plus tard que le jour « 24 bis » a été placé le 29 du mois de février, à partir du moment où la méthode latine de décompte des jours a été remplacée par celle que l’on utilise actuellement.
Les prochaines années bissextiles seront 2012, 2016…
Encyclopédie en ligne Wikipédia.

GIF - 11.9 ko

Le calendrier maître du temps de Jacqueline BOURGOING, Ed. Gallimard.
La réforme grégorienne : 10 jours disparaissent. La « réformation » du calendrier, lancée par le pape Grégoire XIII en 1575, se situe dans la droite ligne du concile de Trente (1545-1563) et des efforts entrepris pour redresser l’Eglise, fragilisée par la Réforme. L’objectif numéro un du pape est religieux : il veut harmoniser le temps de l’Eglise et le temps naturel, stabiliser la date de l’équinoxe pour maintenir Pâques au printemps, modifier le calendrier lunaire pour que Pâques ne soit pas fêté à la nouvelle lune.

L’Église catholique a affecté le jour du 29 février à des saints peu honorés : saint Oswald, roi et martyr, et saint Grégoire de Narek, poète mystique et arménien, ou saint Auguste Nazel, prêtre massacré pendant la Révolution, ou saint Auguste Chapdelaine, missionnaire tué par les Chinois. Peu de chrétiens se sentiront lésés de ne fêter leur saint patron que tous les quatre ans, les Auguste et les Grégoire pouvant se rattacher à d’autres saints homonymes et saint Oswald étant aussi fêté le 6 août.

On estime à 4 millions, le nombre de personnes dans le monde qui fêtent leur anniversaire le 29 février !

Les fêtes rythment l’année

Les dates exceptionnelles comme le 29 février, les évènements historiques et les fêtes religieuses ou païennes rythment les années qui se suivent mais ne se ressemblent pas. Depuis toujours les années s’articulent autour de certaines dates importantes qui varient selon nos sociétés et nos cultures.

Les fêtes à travers les âges par Pierre GORDON
Pendant des millénaires, les fêtes ont été le support de l’élaboration du calendrier. L’étymologie du mot fête est révélateur, « dies festus » désigne le jour qui se trouve parmi les autres frappé d’un signe spécial, retranché du cours ordinaire du temps, et envahit par le sacré.

Fêtes et calendriers, les rythmes du temps de Hélène BENICHOU
« Les célébrations jalonnent les calendriers. Dès qu’une vie collective s’ébauche, dès qu’une société se structure, le besoin se fait sentir de fixer des repères précis dans le temps, pour se réunir et commémorer. Qu’elles soient d’origine cosmique, religieuse ou politique, elles ponctuent le calendrier, le colorent de teintes différentes. »

BMP - 22 ko

Cérémonies autour des saisons par Jennifer COLE, Ed. Le courrier du livre
« A l’origine de tout calendrier, on trouve la volonté d’organiser notre expérience du temps en unités plus faciles à appréhender, comme l’année et le retour familier des saisons. Les rythmes naturels du monde ainsi que les évènements répétés de la nature présentent une curieuse contradiction : autour de nous tout change constamment, et pourtant certaines choses reviennent avec une régularité prévisible. »

Quel rapport entretenons nous avec le temps ?

Fêtes et célébrations sont un moyen de ponctuer l’année d’évènements. Leur régularité offre à l’homme le moyen de se rassurer et de reprendre prise sur le temps qui passe inexorablement. Notre relation au temps est assez complexe, car le temps qui passe nous rappelle la finalité de nos vies.

Le temps compté, le temps conté, la grande aventure de la mesure du temps de David Ewing DUNCAN, Ed. Nil.
« Notre obsession du temps est aussi ancienne que le temps lui-même. Après la conscience que nous avons d’exister, c’est cette hantise qui constitue notre caractère principal en tant qu’espèce. La première chose dont l’humanité s’est souciée est e effet la notion de notre propre mortalité, depuis que nous savons que nous vivons, puis trépassons au bout d’une période déterminée. »

L’ordre du temps par Krzysztof POMIAN, Ed. Gallimard.
L’auteur de cet ouvrage aborde l’histoire de la mesure du temps à travers le siècles et les sociétés. La diversité des calendriers peut étonner. L’année, le mois, le jour sont définis de manières différentes. Et pourtant l’idée ou l’image du temps qu’expriment les différents calendriers est partout la même : l’idée d’un temps qui tourne en rond.

Régimes d’Historicité – présentisme et expériences du temps par François HARTOG, Ed. Seuil.
Les expériences du temps sont multiples. Chaque société entretient un rapport particulier avec le passé, le présent et le futur. François Hartog met en évidence nos relations aux temps. Historien attentif au présent, il observe la montée en puissance d’un présent omniprésent et il s’interroge sur la notion actuelle d’histoire et celle de mémoire.

Du temps par Robert ELIAS, Ed. Fayard
Le temps n’existe pas en soi, affirme Robert Elias, ce n’est ni une donnée objective, comme le soutenait Newton, ni une structure a priori de l’esprit humain, comme le soutenait Kant. Le temps est avant tout un symbole social, résultant d’un long processus d’apprentissage. Quelles unités de références les hommes ont-ils pris comme repères temporels ? Dans quel but ont-ils eu besoin de déterminer le temps ? Comment la conscience du temps a-t-elle fini par devenir une seconde nature ? Norbert Elias nous invite à réfléchir sur un aspect fondamental du « processus de civilisation ».

Histoire du calendrier de la liturgie à l’agenda par Francesco MAIELLO, Ed. Seuil
Vivre sans compter les jours, sans rendez-vous : ainsi vivait-on encore en France, il y a deux siècles. Jusqu’en 1550, on s’orientait dans le temps grâce à la lune et aux fêtes liturgiques. A leur tour les astres et les saints influençaient les caractères, les récoltes et le temps qu’il fait. Puis progressivement les instruments chronologiques ont pris place dans nos vies : montres, horloges, réveils, agenda.

  • Calendrier julien, mois de février Voir
  • Elaboration du calendrier Voir

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.