Mandela : parcours d’un homme libre

- temps de lecture approximatif de 6 minutes 6 min - Modifié le 17/06/2016 par Silo moderne

Les images de la libération de Nelson Mandela, le 11 février 1990, ont marqué les esprits par la force du symbole que représentait cet homme que le pouvoir blanc avait souhaité briser et étouffer la voix. Après plus de 26 ans passés en prison, Mandela est devenu une des grandes figures de la fin du XXe siècle.

Les images de la libération de Nelson Mandela, le 11 février 1990, ont marqué les esprits par la force du symbole que représentait cet homme que le pouvoir blanc avait souhaité briser et étouffer la voix. Après plus de 26 ans passés en prison, Mandela est devenu une des grandes figures de la fin du XXe siècle : le plus célèbre des détenus politiques est récompensé pour son combat en faveur de la démocratie et pour les actions menées avec P. De Klerk en faveur du démantèlement de l’apartheid, en recevant le prix Nobel de la paix en 1993.
JPEG - 4.2 ko

Mandela est né en 1918 dans la province sud-africaine de l’Umtata. Il étudie à Fort Hare, d’où il est renvoyé pour avoir participé à une manifestation d’étudiants, et à l’université de Witwatersrand, où il obtient un diplôme en droit en 1942. En 1944, Mandela adhère au Congrès national africain (ANC). Lorsque le « Parti national » arrive au pouvoir, en 1948, et introduit l’apartheid, Mandela et l’ANC résistent à la politique raciste du gouvernement. En 1956, Mandela est arrêté et jugé pour trahison, mais il sera acquitté en 1961.
Après le massacre de Sharpeville en 1960, l’ANC et le Congrès panafricain sont interdits. Mandela abandonne alors la stratégie non-violente de l’ANC et fonde une organisation militaire, Umkhonto we Sizwe. En 1962, il est condamné à cinq ans de travaux forcés et, en 1963, il est inculpé avec d’autres leaders, de sabotage, trahison et complot. Pour ces faits, il est condamné en 1964, avec sept autres militants, à la prison à vie.

GIF - 35.3 ko

En 1990, après 26 ans de prison de détention pour raisons politiques (ce qui est un record), le président F.W. de Klerk supprime l’interdiction de l’ANC et libère Mandela, qui est élu président de l’ANC en 1991. Les deux hommes conduisent alors les négociations qui mettent fin à l’apartheid, ce qui leur vaudra de recevoir le prix Nobel de la paix en 1993. Un an plus tard, à l’occasion des premières élections libres de l’histoire de l’Afrique du Sud, Nelson Mandela est élu président de « la nation de l’arc en ciel », siège qu’il occupera de 1994 à 1999.

Nelson Mandela, par Jean GUILOINEAU, Payot
Retrace l’itinéraire de Mandela depuis sa naissance dans le Transkei en 1918 jusqu’aux élections générales de 1994, en passant par les années d’enfance et de formation, par la lutte, la clandestinité et le long séjour dans les geôles sud-africaines.

Mandela, le portrait autorisé, par Mike NICOL, avant-propos de Kofi ANNAN, introduction de Desmond TUTU, Ed Acropole
Le 11 février 1990, un homme âgé, très digne, marchant main dans la main avec la femme dont il a été séparé durant vingt-sept ans, quitte sa prison pour entrer dans l’Histoire. La date de la libération de Nelson Mandela restera à jamais gravée dans nos mémoires, tout comme l’image qu’il donna ce jour-là. Dès cet instant, échappant au confinement d’une cellule, le courage et l’autorité morale de Nelson Mandela ont représenté une lueur d’espoir, d’abord pour une nation profondément divisée, puis pour le reste de l’humanité.

Pour Nelson Mandela, ouvrage collectif, Gallimard
Quinze écrivains saluent Nelson Mandela et le combat dont sa vie porte témoignage. Ce livre ne se veut ni cri, ni prise de position de circonstance mais poèmes (Adonis, Severo Jarduy…), fictions 5hélène Cixous, Nadine Gordimer…), essais (Jorge Amado, Jacques Derrida, Susan Sontag…) et théâtre (Kateb Yacine).

Le programme apartheid (terme afrikaans) appliqué dès 1948, se donnait pour objectif le “développement séparé des races”. Une des premières mesures fut d’établir une séparation aussi complète que possible entre les blancs et les noirs.

Nous avons combattu l’apartheid, par Jacqueline DERENS, Ed. Non lieu
Mélant travail de mémoire, mais aussi analyse de l’apartheid, qualifié de crime contre l’humanité, l’auteur brosse les portraits de militants et responsables de l’ANC et du SACP, en particulier celui de Dulcie September, assassinée à Paris en 1988, au côté de laquelle elle a milité. Témoignage de la réussite d’une lutte acharnée contre l’injustice et l’oppression et de la montée en puissance d’un soutien populaire qui a forcé les gouvernements, en France comme ailleurs, à un revirement stratégique et à recevoir Nelson Mandela, l’ancien prisonnier politique accusé de sabotage et de haute trahison.

Dans les mois qui suivirent les élections de 1994, fut créée la Commission Vérité et Réconciliation chargée de dresser un état des lieux des violations des droits de l’homme perpétrés entre 1960 et 1993.

Amnistier l’apartheid : travaux de la Commission vérité et réconciliation, sous la direction de Desmond TUTU, Seuil
Synthèse des travaux de la Commision, textes législatifs et décisions d’amnistie.

La douleur des mots, par Antjie KROG, Ed. Actes sud
La poétesse A. Krog a couvert la Commission Vérité et Réonciliation pour la radio nationale. De la commission de Réconciliation à la conférence de presse de Robben Island (lieu d’incarcération de Mandela) en 1998 en passant par les témoignages des victimes, les missions des agents de l’apartheid, l’entrée en scène de Winnie Mandela et la conférence de presse de l’ancien président P.W. Botha, l’auteur est là, écoute, enregistre, diffuse et souffre…

JPEG - 7.9 ko

 

 

 

 

 

 

 

Histoire de l’Afrique du Sud, par François-Xavier FAUVELLE-AYMAR, Seuil
Des tribus des origines du Paléolithique à la naissance récente de la nation sud-africaine, l’auteur retrace l’histoire des territoires, des peuples et des identités de l’Afrique du Sud. L’accent est porté sur les processus de ségrégation, les confrontations entre ethnies et l’instauration de l’apartheid, de l’après-guerre anglo-boer jusqu’aux années 2000.

Des films

Deux films réunis sous le titre Mandela 1994-2004, Ed. JBA
1. Chroniques sud-africaines : douze jeunes cinéastes issus de différentes communautés nous livrent des chroniques de la violence quotidienne de l’Afrique du sud de l’apartheid (1988)
2. My vote is secret : le 27 avril 1994, avaient lieu les premières élections libres en Afrique du sud. Trois jeunes cinéastes ont suivi de l’intérieur l’événement qui bouleverse la vie de 30 millions de noirs et de métis sud-africains.

Portrait de Nelson Mandela : à l’occasion de son 60e anniversaire, par Frank DIAMAND, Bibliothèque publique d’information
L’itinéraire de Nelson Mandela retracé jusqu’en 1980, à l’occasion de son 60e anniversaire. D’abord partisan de la non-violence, ce juriste, leader du Congrès national africain, opte pour la lutte armée après la dure répression de la grève nationale de 1961 et fonde la Lance de la nation, branche militaire de l’ANC. En 1964, il est condamné à la prison à perpétuité. Témoignent de la personnalité et de l’action de Nelson Mandela l’une de ses filles et deux exilées politiques qui l’ont approché.

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.