Inégalités sociales

5 millions

- temps de lecture approximatif de 2 minutes 2 min - Modifié le 29/06/2020 par Karine

C'est le nombre de riches en France selon le seuil de richesse établi par L'Observatoire des inégalités

© Alexas_Fotos de Pixabay

L’Observatoire des inégalités publie pour la première fois un Rapport sur les riches en France. Pour mesurer la richesse, Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités, « propose de fixer [le seuil de richesse] au double du niveau de vie médian soit 3 500 net par mois pour une personne seule (après impôts et prestations sociales). Très loin du niveau de vie des riches habituellement présenté par les médias ». Les riches compteraient alors 5 millions de personnes en France et ils seraient aussi nombreux que les pauvres.

De nombreux sociologues et économistes se sont penchés sur la question des inégalités. Nous pensons notamment à François Dubet, Olivier Galland, Hervé Le Bras, Thomas Piketty, Christophe Guilly, Serge Paugam ou encore Bernard Lahire.  Mais peu ont travaillé sur la richesse. Les spécialistes les plus connus en la matière sont sans doute les époux Pinçon-Charlot qui s’intéressent de près aux classes supérieures et à la très grande richesse. Parmi leurs nombreuses publications, citons par exemple Sociologie de la bourgeoisie,  Grandes fortunes : dynasties familiales et formes de richesse en France ou encore C’est quoi être riche ?  Les deux sociologues ont donné une conférence à la BM de Lyon en 2014, intitulée Au pays des riches (disponible en ligne).

Pour sonder un peu plus les classes supérieures, quatre sociologues se sont demandé Ce que les riches pensent des pauvres. Ils ont enquêté pour savoir « comment les classes supérieures des quartiers les plus socialement sélectifs de Paris, São Paulo et Delhi se représentent les classes populaires ». Dans un entretien, les auteurs de cette étude expliquent que « les interviewés parisiens considèrent moins les pauvres comme dangereux et sales que ce n’est le cas à São Paulo […] De même, la représentation des pauvres comme sales, potentiellement malades, désordonnés et enlaidissant la ville est davantage prononcée et récurrente à Delhi ». Par ailleurs, la pauvreté est bien souvent considérée comme héréditaire et les personnes pauvres sont rendues coupables de leur situation car elles « manquent de volonté pour s’extraire de leur condition ».

Pour aller plus loin :

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *