logo-article

Uptown in orbit

Emmet COHEN

Piano jazz moderne et ancien

Comment être un pianiste de jazz en 2022 ? Comment s’insérer dans un siècle de pratique pianistique jazz, et comment renouveler ou se renouveler face à un tel passé. Telles sont les questions que doivent se poser tous les nouveaux pianistes de jazz. Emmet Cohen semble y répondre en affrontant la tradition. Ainsi du joyeux piano stride jusqu’aux ambiances plus troublées des sons churchy et be bop, Emmet Cohen essaye de réinterpréter cette musique. Il se positionne ainsi à l’intersection de l’ancien et du moderne, avec un sens aigu de l’histoire musical. Cela ne signifie pas qu’il est un nostalgique embourbé dans ce passé. Mais plutôt qu’il s’approprie et modernise des standards maintes fois interprétés, car comme il le dit : “Toute musique, et tout art d’ailleurs, est moderne. Si vous créez dans l’instant, elle est actuelle, elle vit et respire aux côtés du créateur“.

Le résultat est une musique tantôt entrainante et joueuse, tantôt méditative ou nostalgique. Et si les reprises évoquent des périodes passées. Emmet Cohen leur apporte une fougue et une virtuosité qui transcende sans soucis ces standards. Ainsi du premier morceau “Finger Buster” à la manière de Jelly Roll Morton tout en stride rapide qu’Emmet Cohen rend parfaitement actuel. Mais dont il modifie l’enregistrement aux deux tiers de la chanson comme pour nous propulser à l’écoute d’un ancien 78t jouant sur un gramophone grésillant. Que du bonheur…

Comme pour son précédent album, le pianiste est accompagné par Russell Hall à la contrebasse et Kyle Poole à la batterie. Auxquels s’adjoignent deux invités : Patrick Bartley (saxophone alto) et Sean Jones (trompette).

Emmet Cohen site

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Thèmes :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.