logo-article

Où ça en est

CEYLON

Pour leur premier opus, le duo toulousain de Ceylon livre un album aussi original que référencé, et réinvente la pop psychédélique.

C’est en effet dans les caves sixties que Ceylon vient puiser le nectar de son psychédélisme à 360°, aux tanins électriques, à la suavité pop, en français et en anglais.
Réussite totale pour ce premier cru qui ne se contente pas de refaire, et qui maîtrise tous ses assemblages, malgré une certaine naïveté du chant qui détonne parfois.

Le bois des Doors parfume Ceybon, ritournelle afrocaribéenne rafraîchissante qui danse avec Light my fire… Il hante encore, écorchures vocales comprises, Le cinq, qui du filet d’éther à l’orage final explore toutes les nuances de la transe.
La veine psyché se précise et s’élargit encore avec Hamlet, long trip en 2 parties de haute couture improvisée, de l’onde minimale au feu d’artifice rugueux. Ca plane et ça sue.
Le groupe ose même un tube avec Mon ami, bijou pop qui cite le Cyrano de Rostand.
Les doigts de fée musicienne du groupe tressent du Grateful Dead et du Quicksilver Messenger Service, comme au bon vieux temps à venir d’un groupe qu’on espère voir durer.

Le cinq

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *