logo-article

On n’enferme pas les oiseaux

Barbara Pravi

La dauphine de l'Eurovision 2021, qui écrit déjà pour Terrenoire ou Yannick Noah exprime son savoir-faire et sa sensibilité pour ce 1er album

Et Voilà, dès le premier titre, le ton est donné. Tournoiement de valse, mélodie poignante et souffle du chant, c’est le Padam du XXIè siècle. On rouvre de plain-pied le grand livre de la variété à textes et à voix, la chanson des 30 glorieuses. Sans pose rétro, sans trembler, Pravi semble avoir tout assimilé, tout compris.

Auteure et compositrice accomplie, elle trouve les mots et le ton justes pour dire l’amour et la rupture, le chagrin et le courage.

L’orchestration très soignée fait appel aux cordes pour le lyrisme rétro de Voilà. Ici c’est un piano ou une contrebasse jazz, là des violonades ou percussions orientales.
On renoue avec cette variété orchestrale qui accorde une place véritable à la musique et sait jongler avec les ambiances et les sonorités .
Le lyrisme de Piaf, une sincérité émouvante et écorchée, beaucoup de tempérament .. Et cette agilité vocale qui excelle dans le registre parlé comme dans les grandes courbes mélodiques. On pense aussi à Hoshi , même cœur à vif mais avec moins de pathos et plus de musicalité..

Avec cet album, Barbara Pravi impose un style de chanson presque neuf, de la variété franche qui ne doit rien à l’air du temps, et beaucoup à un certain âge d’or.

Vues : 1

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *