logo-article

Non mais on va s’en sortir

Hélène Piris

"Non mais on va s'en sortir", ou comment swinguer de désespoir et groover de rage.

L’évocation en chanson « des-injustices-de-ce monde-et des-travers-de-la-société » est un exercice aussi convenu que périlleux. Entre banalités assommantes et prêche laborieux, le baladin du bien qui dénonce le mal  peine à convaincre quand il n’agace pas.

Oui mais.. Hélène Piris c’est pas pareil ! Avec notre pétulante lyonnaise la gravité du propos prend des airs de fête. Son écriture au scalpel ose un humour franc mais pas cynique et ses chansons fricotent avec le tragique sans esprit de sérieux.
Le secret de cette réussite réside notamment dans une grande fraîcheur musicale. Epaulé d’une contrebasse, d’une batterie, et d’un trio de souffleurs, le violoncelle d’Hélène Piris, chante et grince, tambourine et virevolte. Avec agilité, les chansons passent du swing au funk cuivré. La trompette se fait mariachi ou cool-jazz pour des morceaux plus intimistes. On chope un air de Maceo Parker ou de Miles Davis, ça remue, ça joue, ça cingle, on écoute.

De compos soignées en arrangements haute-couture, Hélène Piris emmène son verbe vénère et drôle-amer où elle veut. Et signe un album drôle et musical, franchement original.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *