logo-article

L’espace entre les guerres

Laurent Genefort

« A cette distance, on peut déjà l'apercevoir : cette ligne scintillante tracée à la règle. ».

Lire du Genefort est, toujours, particulier.

Les mondes explorés – depuis les découvertes des portes des « Vangk » – sont multiples et sans limites.

 

https://www.omale.fr/documents-omale/957-Aires.jpg?search=1b29e27f16568dbafffeb0e87e6befcd

Pour ceux qui l’ignorent :

« Pour les Humains et les Hodgqins, les Vangk se sont éteints, alors que les Chiles les considèrent comme une espèce panchronique qui s’est mise volontairement à l’écart. ».

 

Mais chaque roman de cet univers peux se lire sans être un expert de la mythologie « Vangkesse ».

Et plus vous lirez les œuvres de Genefort, plus vous serez intéressé par la globalité de cette peuplade ancienne.

Dans cet univers, les religions, les sociétés, les technologies, la biodiversité, l’économie sont multiples et variés.

 

L’espace entre les guerres :

ce roman composé, de deux aventures distinctes, relate les aventures de Jarid Moray, diplomate indépendant inter-galactique, engagé par des firmes galactiques multinationales pour veiller sur leurs possessions économiques.

Jarid est un homme droit, il règle les situations sans prendre parti. Et il se moque si après son passage, les multinationales perdent certains avantages.

Son intégrité est sa plus grande valeur aux yeux de tous.

 

La gueule du dragon :

Planète de magma en fusion, où le premier arrivage de travailleurs envoyés par une firme forment, maintenant, une société surpeuplée. Et l’existence de groupes « déviants » crée une instabilité politique proche du chaos. Mais ce déséquilibre n’est peut être pas causé par ceux que nous croyons.

 

Une porte sur l’éther :

Deux planètes, Favor et Dunaskite, reliées par un tube artificiel, l’Axis, long de 126 000 kilomètres et large de 800 kilomètres. Tout cet ensemble est interdépendant. Vous découvrirez pourquoi.

Depuis un certains temps, dans l’Axis, les populations « primitives » sont massacrées.

Favor et Dunaskite sont en rivalité permanente mais seraient elles à l’origine de ces massacres ?

Mais dans l’Axis, l’esprit d’unification entre « primitifs » semble une réalité concrète mais cela suffira-t-il ?

Et dans un space-opéra le mot « primitif » n’est pas synonyme d’absence technologique.

Mais que va faire Jarid dans cette galère ?

 

Ma préférence se pose sur Une porte sur l’éther qui a obtenu le « Grand Prix de l’Imaginaire en 1995 ». Ce roman par ses rites, son univers, son intrigue procure un rythme de lecture continu sans pause.

 

« La vérité n’est pas toujours bonne à dire,
mais le mensonge est toujours mauvais. »

https://i1.wp.com/boojum.fr/wp-content/uploads/2019/06/les-chasseurs-de-seve-laurent-genefort-1280x640-2-2.jpg?fit=1000%2C557&ssl=1

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *