logo-article

Le collier rouge

Rufin, Jean-Christophe

Personne ne pouvait avoir vécu cette guerre et croire encore que l'individu avait une quelconque valeur.

La lecture du le collier rouge est une lecture limpide et déroutante.

Ce roman se parcourt avec simplicité, les mots forment un rythme tendu narrant la détention du présent et les flashbacks sur les combats de 14/18.

http://www.rosny93.fr/IMG/jpg/29av18_le_collierrouge_670.jpg

Ce roman parti d’une anecdote simple et très courte est écrit selon ces mêmes qualificatifs.

Simple et courte est l’absurdité humaine ; voilà ce qui peut résumer l’intensité de ce récit.

 

Eté 1919, un chien aboie devant l’établissement où est enfermé son maître, le soldat Morlac, héros de « La Grande Guerre ».

Un officier-juge, Lantier du Grez, doit comprendre l’action qui a conduit à l’arrestation de Morlac.

 

Pourquoi un héros décoré a pu accomplir cet acte ?

Très vite, Lantier comprend que le détenu ne veut pas qu’on enlève la portée de son action en prétendant un état alcoolisé.

https://www.avoir-alire.com/IMG/jpg/le_collier_rouge-2.jpg

Et ce chien hurlant, accablé par l’isolement de son maître, quelle est son histoire ?

Et pourquoi Morlac ne semble pas sensible à sa détresse ?

 

Le récit est l’enquête du juge où se dessinent en arrière-plan une opposition de classes sociales.

Lantier du Grez est un aristocrate et Morlac un paysan érudit qui a côtoyé dans les tranchées de nombreuses nationalités et de nouveaux points de vus politiques.

 

Le collier rouge est un roman à lire, il est simple et très court ….mais quelle efficacité.

Adaptation en film par Jean Becker.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *