logo-article

La maison du marais

Warden, Florence

« L’endroit est bien plus périlleux que vous ne vous en doutez, bien plus dangereux que je ne le pressens moi-même »

Miss Violet Christie, institutrice, arrive dans le Norfolk.

C’est son premier poste et même sa première expérience en dehors du monde familial.

A peine arrivée dans le domaine « les Sureaux », un homme lui lance cette mise en garde :

« Quittez les Sureaux, avant même d’avoir trouvé une autre situation. »

Les sureaux est un domaine humide, glacé. L’air est malsain et le brouillard prédominant. Tout est terne.

Miss Christie fait connaissance avec ses employés : la famille Rayner.

Mr Rayner est un homme charmant, contrastant totalement avec sa femme, ombre fantasmagorique.

Quant aux deux petites filles, Haidée, l’ainée, déteste son père et Mona, la dernière, est une sauvageonne dont personne ne s’occupe.

Il y a, aussi, la servante Sarah, femme haïssable …

 

Qu’est-il arrivé à Ms Rayner pour n’être plus que ce triste fantôme ?

Pourquoi tant de médisances sur ce lieu et sur Mr Rayner ?

Quels sont les mystères de cette maison où certaines pièces sont interdites, où des personnes murmurent dans les coins ?

 

La maison des Marais est un roman à suspense flirtant avec le Gothique. On y trouve la nature, la femme mystérieuse, la candide, le romantisme, le démon, la brume, la boue, la bonne société de la campagne ….

La narratrice est Miss Christie.

Ce qui est étonnant, c’est que le lecteur apprend les événements selon les constats de Christie. Mais le lecteur devine l’intrigue, alors que Christie, elle, reste dans son innocence proche de la dévotion.

 

Tout un décor pour un roman agréable à lire.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *