logo-article

Jimfish

Hope, Christopher

« Je suis un bébé volé que des gens ont emmené dans leur village, où ils m’ont fait travailler aux champs comme esclave. »

Jimfish est un jeune homme, né en Afrique du Sud. Il a la particularité d’être de couleur non déterminée.

« Sous certains éclairages, et aux dires de quelques personnes, il était blanc comme un linge ; selon d’autres, il était vaguement rose, brun clair ou encore couleur miel ; il y avait même des gens à Port Pallid qui lui trouvaient une vague teinte bleue. »

 

Jimfish, malgré lui, va partir en quête dans plusieurs pays.

Il cherche le propergol du lumpenprolétariat – terme marxiste désignant la partie du prolétariat constituée par ceux qui ne disposent d’aucune ressource et caractérisée par l’absence de conscience de classe.

Jimfish s’engage, accompagné par son maître à penser : Malala le Soviet, dans une épopée picaresque comme un Candide du XXème siècle, témoin des turpitudes et atrocités du monde postmoderne.

Il va côtoyer entre autres, Mobutu, Mugabe, le génie des Carpates

Les gouvernements Français et Américain ne sont pas oubliés dans ce monde de putchistes.

 

http://www.jeuneafrique.com/medias/2017/05/16/mobutu-reagan.jpg

Mobutu

http://i.telegraph.co.uk/multimedia/archive/00683/mugabe-2213974-404_683136c.jpg

Mugabe

 

http://thefilmdesk.com/ANC/stills/photo_ANC_02.jpg

Nicolae Ceaucescu in North Korea with Kim Il-Sung.

 

Les dogmes politiques ne sont pas épargnés par les constats de Jimfish.

 

Jimfish croit toujours arriver au meilleur des mondes mais très vite il déchante et se trouve même à subir ou à réaliser des exactions.

 

Jimfish est une œuvre de Christopher Hope, romancier et journaliste né en 1944 à Johannesburg. Il est considéré comme un auteur sud-africain majeur.

Jimfish est un roman écrit à la manière de Candide de Voltaire. C’est un conte philosophique, social, politique traitant plusieurs vues de notre monde contemporain.

Certains passages sont atroces, décrivant une violence barbare.

Ce roman peut, aussi, avoir un côté humoristique vu l’ignorance et la naïveté de Jimfish.

 

Nelson Mandela à la fin du récit est intronisé président de la toute jeune nation arc-en-ciel. Il semble être du bon côté de l’histoire, mais Malala le Soviet n’en est pas du tout certain.

 

Jimfish est un roman de la rentrée littéraire de septembre 2017. Il n’est pas des plus médiatisés mais mérite pourtant l’attention.

A lire ….

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *