logo-article

Incandescences

Amours brûlantes

Ahmed Madani

Neuf adolescents issus des quartiers populaires parlent d’amour sous toutes ses formes.

Des adolescents évoquent la rencontre de leurs parents ayant vécu l’exil, l’amour sur les réseaux, le désir, le sexe, la virginité, le consentement, l’homosexualité et la grande timidité qui empêche d’aller à la rencontre de l’autre…Tous ces amours passent au crible des codes de l’honneur et de la réputation à tenir.

Ce texte est beau, sensible, parfois cru mais toujours juste. Ces adolescents se livrent sans honte, sans pudeur. L’écriture est dynamique, elle s’adapte à chaque personnage, reflète leur style et dévoile leur origine ; elle est indéniablement poétique, les sons résonnent comme autant d’échos de voix. Incandescences questionne le sentiment amoureux, l’amour charnel, physique mais aussi la liberté d’aimer selon ses désirs, une liberté trop souvent confrontée au regard pesant du quartier. Ces adolescents dévoilent leur intimité, l’écriture convoque les voix d’une jeunesse rarement entendue qui ne demande qu’à consumer la vie. Des adolescents prêts à se brûler les ailes… Incandescences !

Auteur

Ahmed Madani est l’auteur de plusieurs pièces dont la trilogie Face à leur destin qui comprend , F(l)ammes et Incandescences. Une centaine de filles et de garçons, âgés de vingt à trente ans, ont accepté de rencontrer Ahmed Madani et de lui ouvrir leur coeur.
Ces sessions de recherche menées sur une année dans une dizaine de villes ont permis au dramaturge de plonger dans l’humanité et la singularité de vies ordinaires au caractère extraordinaire. Cette nouvelle pièce est portée par des interprètes non-professionnels, qui pour la plupart n’avaient jusque-là aucune expérience de la scène.

Extrait vidéo

Extrait

P.11

IZABELA. Ton père s’appelle Maïmouna il a un prénom de fille

IBRAHIMA. Ben oui mais on l’appelle Semba

MARIE. Mais ta mère c’est une femme et ton père un homme

tu ne crois pas plutôt qu’il aurait pris les papiers

d’un homme

IBRAHIMA. Non rien à voir

c’est mon histoire quand même

mon grand-père du côté de ma mère

et mon grand-père du côté de mon pères étaient potes

quand le père de mon père est mort

le père de ma mère avait le devoir d’aider le fils de son ami

et mon père est devenu comme son fils

PHILIPPE. Quoi ?

IBRAHIMA. C’est très simple

au nom de la loi française

mon mère son père c’est le père de ma mère

et ma mère c’est le frère de mon père

JORDAN. Mais c’est pas très légal ça

IBRAHIMA. Ecoute il y a la loi et il y a la vie

nous pour être dans la vie on est obligés d’être hors la loi

VIRGIL. Je vois pas d’histoire d’amour là-dedans

IBRAHIMA. Au contraire c’est une très grands histoire d’amour

c’est l’amour entre deux grands-pères

en se mariant avec mon père

ma mère lui a donné cet amour-là

et mon père en travaillant pour nous élever

nous a rendu l’amour qu’il avait reçu du père de ma mère par ma mère

notre tradition c’est transmettre l’amour de nos ancêtres

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.