logo-article

Gentle grip

Public Practice

Le quatuor new-yorkais sort un premier album alternant entre rythmique disco et riffs punks, un cocktail atypique réussi !

C’est un coup de cœur dès les premières notes de « Moon » : ondulations du synthé, rythme comme un battement de cœur, voix sensuellement parlée-chantée, ambiance sombre et dansante.

C’est un album sous tension que nous offre Public Practice,  délicieusement tendu entre deux univers opposés : d’un côté celui des anciens membres du groupe de post-punk WALL, et de l’autre celui du groupe d’indie pop Beverly. Au chant, une Sam York à la voix envoûtante et sombre, sur des compositions créées par le guitariste Vince McClelland, avec Drew Citron au synthé et à la basse, et Scott Rosenthal à la batterie.

L’album est une vraie réussite, on écoute tous les titres avec plaisir en pensant parfois au groupe de mutant disco ESG : des lignes de basses groovy s’entrelacent avec les rythmiques incisives de la batterie et des percussions, comme dans le superbe « Leave me alone ».

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *