logo-article

Fille, femme, autre

Bernardine Evaristo

Dans ce foisonnant roman, l’auteure donne la parole à 12 femmes décidées de se battre pour trouver leur place dans la société britannique. Elles s’appellent Amma, Dominique, Carole, Yazz, Bummi, LaTisha, Shirley, Penelope, Winsome Megan, Hattie, Grace. Elles sont noires, métisses ou blanches. Elles sont hétérosexuelles ou LGBTQ. Elles ont une histoire commune : amies d’enfance, mère et fille, professeure et élève, arrière-grand-mère et son arrière-petite-fille. Elles ont entre 19 et 93 ans.

Le fil conducteur du roman  est l’avant-première de « La dernière Amazones de Dahomey « . Cette pièce de théâtre avant-gardiste est l’aboutissement d’un travail acharné d’Amma, née à Londres dans les années 1960. Son père, journaliste ghanéen, était militant de l’indépendance du Ghana. Sa mère métisse, née en Écosse, est nigériane de père.

Pendant trente année Amma a vécu dans la marginalité et voilà, ce soir , sa pièce est présentée au National Theatre de Londres. Et surtout, dans la foule des spectateurs, il y beaucoup de personnes qui ont partagées sa vie, des femmes mais aussi des hommes qui ont comptés pour elle.

Leurs portraits s’emboîtent comme les pièces d’un puzzle et, grâce à ce procédé, devant nos yeux défile un siècle de l’histoire féminine et africaine. A travers les généalogies de ces femmes, noires, britanniques, soumises ou révoltées, acceptées ou rejetées, ce roman parle de notre époque, de la place de la femme noire dans le monde occidental, patriarcal, blanc, rigide, raciste. Il raconte comment elles sont militantes, amoureuses, heureuses ou malheureuses, mères, grand-mères, petites- filles.

Et ce collage urbain, féministe et humaniste est aussi appel à la tolérance et au respect des différences.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *