logo-article

Des mille et une façons de quitter la Moldavie

Lortchenkov, Vladimir

Deux alouettes se posèrent dans les bouches béantes de Séraphim et du vieux Tudor, médusés par tout ce charabia incompréhensible.

http://img.over-blog-kiwi.com/1/66/41/22/20150811/ob_9c8f29_molda.jpg

«Si j’avais été François Villon, j’aurais composé La Ballade des pendus. Comme je suis Vladimir Lortchenkov, j’ai écrit ce roman. Des mille et une façons de quitter la Moldavie

https://unoeilalest.files.wordpress.com/2012/02/campagne-moldave-whl-travel.jpg

À Larga, tous les habitants ne rêvent que d’une chose: rejoindre l’Italie et connaître la prospérité.

Tous les moyens sont bons pour quitter Larga : constituer une équipe de curling, faire voler un tracteur, partir en croisade avec des fanatiques armés, construire un sous-marin, payer des passeurs et par là même se faire berner, ou encore profiter de son statut de président de Moldavie pour prendre une tangente dramatique.

 

https://i.ytimg.com/vi/2qFEfGk069Y/mqdefault.jpg

Rien n’est simple, l’Union Européenne refuse les Moldaves.

Même le président est, hors de son pays, une persona non grata. Aucune visite officielle ne lui est tolérée, de peur qu’il s’incruste.

L’union Soviétique, elle, reste vigilante même si elle ne veut plus aucun accord avec ce pays malsain.

Et l’Amérique, elle, conseille mais refuse tout financement.

 

http://img.over-blog-kiwi.com/1/66/41/22/20150811/ob_9c8f29_molda.jpg

 

La Moldavie est, donc, abandonnée à son sort, et selon Vladimir Lortchenkov, ce destin ne peux être que burlesque, humoristique et même teinté de noir car, dans certains cas, la pendaison peut être l’ultime solution.

Au cours de ce roman, le lecteur suit les aventures rocambolesques, épiques de ces habitants pittoresques pour atteindre l’Eldorado italien.

 

http://img.over-blog-kiwi.com/1/66/41/22/20150811/ob_9c8f29_molda.jpg

 

 »L’Italie, c’est un pays magnifique, la promesse d’un travail sans effort, de l’argent, de la propreté, des musées, des tableaux, de la nourriture, … ».

 

Des mille et une façons de quitter la Moldavie est un roman à lire en se laissant transporter par un style étonnant, cachant une réalité politique pesante et pas si absurde que cela.

Derrière la farce se cache une tristesse bien réelle car souvenons-nous que la Moldavie est le pays le plus pauvre d’Europe.

Et pour l’anecdote sachez qu’en « 2009, à la suite des bouleversements politiques dans son pays », Vladimir Lortchenkov « est plusieurs fois interrogé par le Procureur général de la République de Moldavie, à cause de son roman, « Des Mille et une façons de quitter la Moldavie ».

Après quoi il décidera de quitter la Moldavie.

 

Comme quoi ce roman n’est pas si innocent que cela.

 

http://www.kathmanduandbeyond.com/wp-content/uploads/2016/10/Romanita-Collective-Housing-Tower-Chisinau-Moldova-4.jpg

Tour à Chisinau.

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *