logo-article

Admonitions

Endless Boogie

Ils vous auront avertis dès le titre : avec ce nouvel album vous allez être pris par le démon d’un boogie sans fin !

Ce cinquième album est un nouveau voyage, dans le temps : on replonge ici dans les années 1970 (pas seulement avec la frange de Paul Major), et on roule dans les grands espaces au rythme des riffs entêtants et psychédéliques du groupe. Car il ne faut pas être pressé pour écouter cet album : avec plusieurs titres de 22 minutes, Endless Boogie nous invite à une véritable expérience.

Ce style inimitable, entre blues et stoner nous donne l’impression d’avoir atterri en plein milieu d’une jam, et que c’est bon ! Avec le titre Jim Tully, l’album livre un morceau complètement halluciné : commençant par un tempo très lent et lourd à la batterie, on est vite hypnotisé par les riffs répétés inlassablement. Les guitares fuzz entrent plus tard, introduisant un climat qui se tend jusqu’au milieu du morceau, où des appels de la guitare de la batterie lancent un tempo rapide, et les volutes de guitares s’entremêlent dans une sorte de boogie paroxystique.

A écouter très fort sur l’autoradio d’une décapotable, en sillonnant les routes de la Vallée de la mort.

Death Valley CC-BY David Seibold

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.