Danse

Trisha Brown ou le vertige de l’humour

- temps de lecture approximatif de 4 minutes 4 min - Modifié le 21/12/2018 par Hélèna D.

Trisha Brown, chorégraphe et danseuse américaine, est née en 1936 et décédée en 2017. Elle est une figure essentielle de la danse post-moderne, avec une influence majeure sur l'évolution de la danse contemporaine. Elle a collaboré pendant plus de 30 ans avec de nombreux artistes contemporains de toutes disciplines (plasticiens, compositeurs, musiciens).

Trisha Brown Dance Company, Roof Piece, 1971/2011. Crédit :  Andrew Russeth / Flickr CC
Trisha Brown Dance Company, Roof Piece, 1971/2011. Crédit : Andrew Russeth / Flickr CC

Après des études de danse en Californie, qui lui ont permis de découvrir les claquettes aussi bien que la méthode Graham, elle fait la rencontre, décisive, d’Anna Halprin.

Elle se consacre dès lors à l’improvisation et l’utilisation des mouvements de la vie quotidienne comme source de création. Elle se produit hors des scènes classiques et dans un style abstrait.

Au début des années 1960, elle sera à l’origine de la création du Judson Dance Theater à New-York avec les chorégraphes Simone Forti, Yvonne Rainer et Steve Paxton, et les musiciens Terry Riley et La Monte Young. Ils proposent de nombreux happenings à partir de danses improvisées.

Trisha Brown restera l’une des figures majeures de la postmodern dance qui s’est voulue en rupture avec la danse moderne.

Après avoir fondé sa compagnie en 1970 sa compagnie, elle a pu faire connaître son travail dans le monde entier,  particulièrement en France, et influencer de nombreux chorégraphes et danseurs. On a pu la voir alors dans le cadre de grandes productions institutionnelles, adoptant alors un style plus narratif.

Ce qui reste touchant chez elle, c’est sa sensibilité, son humour, son inventivité et son génie, aussi bien dans ses chorégraphies, ses performances que ses dessins. Une artiste nous quitte donc après avoir écrit parmi les plus beaux mouvements de la danse contemporaine…

Pour bien comprendre

-La dernière danse de Trisha Brown [Article sur LePoint.fr]
Biographie de l’artiste agrémentée d’extraits vidéo

-Son corps n’avait aucune entrave, aucun nœud, il n’était que fluidité [Article sur NextLiberation.fr]
Témoignages des chorégraphes Noé Soulier et Mathilde Monnier pour bien comprendre toute l’influence qu’elle a eu sur la création contemporaine.

-Trisha Brown, grande figure de la danse contemporaine [Article sur Lefigaro.fr]
S’intéresse notamment à la question de la sauvegarde de ses œuvres (à noter que plusieurs d’entre elles sont conservées à Lyon !)

-Quelques œuvres de Trisha Brown en vidéo [Numeridanse.tv]
Avec notamment Watermotor, Opal loop, I’m going to toss my arms if you catch them they’re yours…

Pour aller plus loin

-Trisha Brown : danse, précis de liberté [Livre]
Panorama de son travail de chorégraphe réalisé pour l’exposition au Musée de la Vieille-Charité à Marseille en 1998.

-Trisha Brown : Early Works 1966-1979 [DVD]
Présente dix-huit performances de Brown filmées entre 1966 et 1979 par des cinéastes comme Babette Mangolte, Carlotta Schoolman et Jonathan Demme.

-Histoire(s) et lectures : Trisha Brown-Emmanuelle Huynh [Livre]
Dialogue entre les deux chorégraphes et danseuses contemporaines. Ces conversations sont accompagnées d’échanges avec des collaborateurs de Trisha Brown, de textes de ses danseurs, de notes consignées lors d’un stage avec la chorégraphe, de trois jours de conférence donnée au CNDC d’Angers en 2006. L’ensemble est suivi d’un essai sur cette filiation déliée entre Trisha Brown et Emmanuelle Huynh.

-Entretien avec Denise Luccini au Théâtre National de Chaillot (1 h 03mn) [Vidéo sur Numeridanse.tv]

-Trisha Brown / Lise Brunel, Babette Mangolte, Guy Delahaye [Livre]
« La danse épurée, toujours mobile envahit tous les espaces de Trisha Brown. Une danse où toutes les parties corporelles sont à la fois appuis, traces et rythmes, en même temps qu’une signature singulière où se rassemble son vocabulaire. »

-L’Orfeo : opéra de Claudio Montervedi, dirigé par René Jacobs [DVD]
L’Orféo chorégraphié et mis en scène par Trisha Brown, et interprété par les danseurs de sa compagnie, au Théâtre Royal de la Monnaie de Bruxelles en 1998. Cette production « obéit à un seul mot d’ordre : mobilité, légèreté, adresse. »

A consulter aussi

-A Chaillot puis Pantin, la danse fluide de l’Américaine Trisha Brown [Article en ligne sur leparisien.fr]

-La compagnie de Trisha Brown fait ses adieux au public français [Article en ligne sur tempsreel.nouvelobs.com]

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *