Danse

Merce Cunningham en 6 vidéos

- temps de lecture approximatif de 4 minutes 4 min - Modifié le 08/09/2016 par le département Arts Vivants à la médiathèque de Vaise

A l’occasion de la disparition du chorégraphe Merce Cunningham le 26 juillet dernier, le magazine Têtu nous livre sur leur site un aperçu des créations avant-gardistes de cet Einstein de la danse, à travers une sélection de 6 extraits vidéos.


- Septet (1953)
Cette première création de la Merce Cunningham Dance Company, composée sur une musique d’Erik Satie, se révèle être un chef d’oeuvre de poésie et d’invention. Le chorégraphe témoigne : « J’avais quelques idées de départ et j’ai imaginé laquelle employer pour chaque musique, sans que la danse corresponde nécessairement à la musique. Je voulais une danse pleine de vie. »

- Variations V (1965)
Pour cette pièce, John Cage et Cunningham avaient élaboré un système d’interaction entre la danse et la musique grâce à deux techniques. La première technique consistait à placer douze perches verticalement scène. Chacune possèdait un rayon sonore sphérique, de 1m20. Lorsqu’un danseur pénètrait dans ce rayon, un son pouvait être émis. La deuxième technique reposait sur une série de cellules photo-éléctriques placées au sol, de chaque côté de la scène. Les sons étaient déclenchés, chaque fois qu’un danseur passait entre la cellule et le faisceau lumineux d’un projecteur. La nature du son, sa durée et ses éventuelles répétitions, étaient contrôlées par les musiciens placés derrière les machines.

- Changing Steps (1973)
Il s’agit d’une oeuvre emblématique de Merce Cunningham. Elle consiste en des duos, des trios et des quatuors pouvant être interprétés dans n’importe quel ordre. Elle se fait par là l’écho des préoccupations de l’art contemporain autour de la notion d’oeuvre « ouverte » modulable.
Découvrir cette pièce à la Bibliothèque municipale de Lyon.

- Beach Birds for Camera (1992)
De drôles d’oiseaux : les danseurs de Merce Cunningham tiennent de l’albatros, du héron et de l’aigle des montagnes. En quête de nouvelles combinaisons gestuelles, le chorégraphe privilégie dans cette pièce l’équilibre des pliés, des arabesques vertigineuses, des attitudes longuement tenues sur la demi-pointe.
Découvrir cette pièce à la Bibliothèque municipale de Lyon.

- Pond Way (1998)
Cette pièce à l’atmosphère magique qui rappelle l’univers de l’enfance, est le fruit d’une collaboration entre Brian Eno, le génie de la musique pop électronique, Roy Lichtenstein, le célèbre peintre américain et Charles Atlas, cinéaste et vidéaste dont les caméras dansent littéralement sur scène aux côtés des interprètes !
Découvrir cette pièce à la Bibliothèque municipale de Lyon.

- Biped (1999)
Pour composer les chorégraphies de cette pièce, Merce Cuningham utilisa le logiciel Character Studio, marquant un pas dans la recherche combinée des arts numériques et de la danse. On y voit les danseurs dialoguer avec leur image grâce à des capteurs placés sur leur corps.
Découvrir cette pièce à la Bibliothèque municipale de Lyon.

Lien vers le site Têtu.

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *