"Il y a le chaos de la ruine et la maitrise géométrique de l’utopie"

CHAOS, Anne et Patrick Poirier, Michael Woolworth

- temps de lecture approximatif de 2 minutes 2 min - Modifié le 07/12/2022 par Dalli

Il est l’histoire ou la fable de nos vulnérabilités passées et actuelles. Anne et Patrick Poirier saisissent le CHAOS et tentent de pourvoir à son irreprésentabilité. Il agite puissamment la matière, les connaissances, emmêle les processus créatifs comme destructeurs dans le désordre d’une greffe artistique. L’automne des fragilités de la 16eme Biennale d’Art contemporain est gazeux. Les guerres poignent.

©Chaos, Anne et Patrick Poirier
©Chaos, Anne et Patrick Poirier

Principes gazeux

Diderot alertait sur un principe de précaution pour dire du chaos tout ce que l’on veut. Tour à tour, bataille confuse d’éléments (les Métamorphoses d’Ovide), origine de toutes choses (La Théogonie d’Hésiode)…il chemine  et  inspire. Au 17ème, le médecin et chimiste flamand Jan Baptist Van Helmont accouche le mot GAZ.

Descartes le pense matière primitive constitutif de la formation de l’univers et le transpose dans des espaces fictionnels. Au début du 20ème les artistes désintègrent les formes pensées comme des carcans. Le chaos c’est aussi des mouvements picturaux qui cassent les codes et éclatent l’esthétique.

Dans tous les cas, comme l’écrit Georges Didi-Huberman, il s’agit de faire « émerger quelque chose de l’origine, l’originel, l’originaire ».

Le temps …d’un paysage mental 

Les Poirier s’intéressent aux confins du visible, à l’espace où se logerait le chaos. Il le déporte dans un triptyque . Parce que «toute œuvre est le miroir d’une autre ».  Avec Michael Woolworth, ils extraient trois images d’un livre du 19eme  logé dans leur bibliothèque. Rien de plus n’est dit. Les trois gravures sur bois sont petites,  mystérieuses. Elles sont agrandies sérigraphiées et taguées de mots rouges, le rouge de la chambre d’Orphée, le feu du chaos.

Le chaos, c’est saignant, le noyau des fragilités, fébrile et vital. L’œuvre dit peut-être aussi le Paradigme de la destruction, celui qui précède protocolairement l’explication (un principe propre aux sciences physiques pour lesquelles « l’analyse d’un objet consiste à le décomposer en ses éléments constitutifs, ce qui aboutit à sa disparition en tant qu’objet unique »).

Et puis Devant le tempson n’invente de nouveaux objets historiques qu’en créant la collision – l’anachronisme – d’un Maintenant avec l’Autrefois” Didi Huberman

Triptyque  acquis avec l’aide du FRRAB

Bientôt Chaos sera visible sur rendez-vous à l’Artothèque :

Anne Poirier, Patrick Poirier, Michael Woolworth

Arkhè, le commencement, la source

Kháos, la condition divine primordiale précédant la création de l’univers

Érebus, fils de Chaos, fils du vide

 

Synapses :

Dans l’ombre, des espèces oubliées cahodinées et volvox chaos.

 “Le GAZ c’est l’eau et le gaz à tous les étages” Marcel Duchamp.

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.