Passage à l’heure d’hiver

- temps de lecture approximatif de 3 minutes 3 min - Modifié le 22/06/2016 par Cécile CXR

Ce week-end, dans la nuit de samedi à dimanche, à 3h du matin, il sera 2 h. En théorie, on pourra dormir une heure de plus… Mais en théorie seulement…

Si vous faites partie des couche-tard /lève-tard perpétuellement malmenés par des horaires de travail imposés qui, dans l’ensemble, conviennent, mieux au gens du matin : vous pourrez enfin dormir un peu plus !
Pour ceux « du matin », ou qui ont des enfants de moins de 10 ans, ils auront au contraire l’impression d’être un peu lésés, avec un réveil à l’heure habituelle – donc une heure en avance – bien calée par leur horloge interne…

En effet sommeil dépend de notre horloge interne. Elle est régulée par le rythme circadien, c’est-à-dire environ 24 heures. Ce cycle ajuste la température de notre corps, notre période de veille-sommeil et la sécrétion d’hormones (le cortisol et la mélatonine).

On appelle « horloge biologique » (ou « rythme circadien »), le système qui permet à notre organisme de réguler un certain nombre de fonctions vitales sur une période d’environ 24 heures. Située au cœur du cerveau, elle est composée de 20 000 neurones dont l’activité pulsatile contrôle le cycle éveil/sommeil, température corporelle, le rythme cardiaque, la délivrance d’hormones etc. Le cycle imposé par l’horloge interne dure spontanément entre 23h30 et 24h30, selon les individus. Pour fonctionner correctement, elle se base donc sur des signaux qu’elle reçoit de l’extérieur et qu’elle interprète comme autant d’indicateurs pour se resynchroniser en permanence sur 24 heures.
C’est ainsi que l’ingestion de nourriture, l’exercice physique et la température extérieure par exemple sont qualifiés de « donneurs de temps ». Mais le plus important des « donneurs de temps » est la lumière. Une exposition inappropriée à la lumière et toute votre horloge biologique se détraque avec des conséquences sur les fonctions cognitives, le sommeil, la vigilance, la mémoire, les fonctions cardiovasculaires etc. Source : Inserm.

Une étude européenne a montré que le chronotype qui règle les habitudes horaires de sommeil change avec l’âge : les enfants et les personnes âgées ont tendance a avoir un sommeil avancé tôt dans la soirée avec un réveil précoce, alors que les adolescents et les adultes jeunes se décalent franchement dans la nuit et se réveillent tard le matin. Donc chacun réagira différemment au changement d’heure selon son chronotype.

Couche tard ou lève tôt ? Faites le test !

En réalité, le décalage d’une heure qu’implique le passage à l’heure d’hiver perturbe peu notre rythme biologique. En effet d’après l’Académie de médecine, il faut être soumis à 3 heures de décalage horaire pour que notre horloge interne soit véritablement désynchronisée.

Le manque de lumière ne ravit pas tout le monde

Unhappy {JPEG}

En revanche, les personnes dépressives et insomniaques rencontrent des difficultés d’adaptation avec ce passage à l’heure d’hiver.
Ces difficultés se manifestent par un manque d’attention, de mémoire et davantage de stress au quotidien.
Certaines personnes sont particulièrement sensibles au manque de lumière . Le changement d’heure accentue ce manque, d’où l’apparition d’une dépression saisonnière chez certains. Elle s’explique par une mauvaise recharge de la mélatonine (hormone sécrétée par l’hypothalamus). Pour compenser ce manque de lumière, les malades peuvent avoir recours à la luminothérapie.

A lire dans nos collections

Watches {JPEG}

Tags

:

Partager cet article

Poster un commentaire

One thought on “Passage à l’heure d’hiver”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *