Peter Von Poehl « Going to where the tea-trees are » (2006)

- temps de lecture approximatif de 1 minutes 1 min - par Luke Warm

Peter Von Poehl est un véritable globe-trotter de la pop. Fils d’une mère suédoise et d’un père allemand, il a résidé à Paris ou à Berlin, a joué dans AS Dragon, a produit des albums pour Lio, Vincent Delerme, Renan Luce ou sa compagne Marie Modiano, a composé pour le cinéma et collaboré avec Françoise Hardy, Étienne de Crécy, Bertrand Burgalat, Émilie Simon ou Michel Houellebecq.

Going To Where The Tea Trees Are
Going To Where The Tea Trees Are

« Going to where the tea-trees are » , enregistré à Berlin, ressemble alors à la consécration d’une véritable histoire de complicité entre ce troubadour moderne et un public à l’origine restreint mais fidèle. D’abord auteur d’un 45 tours autoproduit, le titre « Going to where the tea trees are », grâce à des diffusions sur Radio Nova, bénéficie d’un véritable engouement et d’un efficace bouche à oreille qui permettra à Peter Von Poehl de pouvoir réaliser son premier album.

C’est d’ailleurs la face A de ce 45 tours qui ouvre et donne le nom à cet album. Basé sur une ligne de basse chaude et ronde, ce titre rappelle « Playground love » de Air (sur la bande originale du film  « Virgin suicides ») jusque dans son solo de saxophone qui ferait fondre même les plus réfractaires à cet instrument (dont moi !). Les titres s’enchaînent ensuite rivalisant de trouvailles dans les arrangements (cordes, cuivres, harmonies vocales…) faisant oublier le manque de moyens.

L’autre sommet du disque, « The story of the impossible », en est le parfait exemple : simplicité d’une mélodie à la guitare acoustique et à la flûte, sifflement et refrain chanté haut pour un résultat époustouflant. « The bell tolls five » commence lui par un petit gimmick au synthé et un rythme de tambour appuyés ensuite par des cuivres (trompette, trombone, tuba, cor…) et un chœur d’hommes qui montent en puissance au fur et à mesure du morceau.

Cet art de la trouvaille, ce don pour les arrangements subtils convaincra alors la critique et le public et permettra à Peter Von Poehl de continuer une carrière féconde et de sortir depuis 3 nouveaux albums.

 

Voir dans le catalogue

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *