L’Info retrouvée

Des chars russes prennent d’assaut le Vieux-Lyon

- temps de lecture approximatif de 1 minutes 1 min - Modifié le 25/09/2019 par Laurent D

Cette rubrique propose de revenir sur des événements survenus à Lyon et dans la région au cours des deux derniers siècles, dans les domaines les plus divers, à travers un article de la presse locale de l’époque, une photographie, ou une illustration

Des chars russes pour le tournage d
Des chars russes pour le tournage d'un film à Lyon. Photo, Marcos Quinones. Collection BML

Le 11 octobre 1986 le quartier du Vieux-Lyon se transforme en théâtre de guerre. Des chars russes, de 32 tonnes, envahissent la place Saint-Jean entre chenillettes et jeeps moscovites, alors que dans la rue on croise des militaires. « Ils tournent un film » explique un policier à une vieille dame, stupéfaite, devant un char soviétique et des dizaines de soldats de l’armée rouge.

Dans ce film, Lyon est censé représenter la ville de Prague lors des événements de 1968. Faute d’autorisation dans les pays de l’est alors en pleine tourmente, c’est au cœur du Vieux–Lyon, que Philip Kaufman a choisi de tourner l’une des scènes principales de « l’insoutenable légèreté de l’être », d’après le roman de Milan Kundera. Lyon étant bâtie à la même époque et dans le même esprit Italien que la capitale Tchèque.

Quelques transformations ont dû être réalisées pour que le rose quartier Saint-Jean devienne Prague en 1968. Un éclairage public tamisé, des façades d’échoppes tchèques reconstituées, des voitures d’époque, des affiches…et des chars T34. La petite place devant la primatiale porte désormais le nom de Namesti Karl IV soit : Place Charles IV (roi de Bohême et empereur du Saint-Empire romain germanique). Le bar tabac de la place s’est transformé en Krasna Lisba, les plaques rouges ont remplacées les plaques émaillées bleues des rues tranquilles, deux lourdes statues en polystyrène entourent l’entrée de la cathédrale. Tout cela à la grande joie des flâneurs qui espèrent apercevoir quelque star incognito : cette fois Juliette Binoche et Daniel Day-Lewis. Malheureusement « Le cinéma, c’est comme la guerre. Pas de civil sur le front ». Les photos sont interdites, la flânerie découragée, et les détours obligatoires pour les riverains. On laisse entendre, néanmoins, que le film sera sur les écrans l’année prochaine.

Sources consultées : « Prague sur Rhône : fausse alerte rouge à Saint-Jean » / Jocelyne Blanchard in Lyon Matin, 11 octobre 1986, p.3. – « Un char russe manœuvre dans les rues de Saint-Jean » / Sorj Chalandon in Lyon Libération, 14 octobre 1986. – Lyon Figaro, 17 octobre 1986, p.11. – « Prague 68 dans Lyon 86 » / M.C.L. et F.C in Le Progrès de Lyon, 17 octobre 1986.

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *