logo-article

Un Grand Voyage Vers La Nuit

Bi Gan

Le rejeton contemplatif et halluciné de Wong Kar-wai et Tarkovski

Film trip, Un Grand Voyage Vers La Nuit est un étrange récit poétique. Second long métrage du jeune réalisateur chinois Bi Gan, le film s’inscrit dans la continuité scénaristique, géographique et plastique de ses précédentes œuvres (Kaili Blues, qui lui avait permis de se faire un nom dans les milieux indépendant, mais aussi les courts-métrages Tiger et Le Sutra du Diamant).

 

Apparaissant dans un premier temps sous des aspects de film noir moderne, Un Grand Voyage Vers La Nuit bascule graduellement dans le délire fantasmagorique. Guidé par une voix off mélancolique et une photographie hors du commun, le spectateur sombre petit à petit dans un état semi éveillé où la réalité glisse par à-coups jusqu’à dévier totalement de sa trajectoire, à l’exacte manière d’un rêve.

 

Le climax du film tient en un plan séquence halluciné d’une trentaine de minutes, où la caméra danse, vole et passe au travers des murs, pour suivre ses personnages en pleine dérive.

 

On pense à Nostalghia, In The Mood For Love ou encore Millenium Mambo.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :
Thèmes :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *