logo-article

The ballad of Buster Scruggs

Les frères Cohen n'en sont pas à leur coup d'essai en matière de western. Re-belote (voire poker) avec ce film d'anthologie qui propose un patchwork de six légendes du lointain ouest américain. La fresque est magnifiquement illustrée musicalement par leur compositeur fétiche Carter Burwell.

Comme si on y était : déserts arides et prairies verdoyantes, chercheurs d’or, chasseurs de primes ou de bisons, diligences emballées,  Peaux-rouges belliqueux et poor lonesome cow-boys … toute l’imagerie pré-étasunienne est convoquée pour le plus grand bonheur des amateurs du genre. Le projet initial prévoyait de distiller les six séquences sous forme de série mais c’est finalement rassemblées en un seul film qu’elles paraissent.

Carter Burwell excelle dans le registre  far-occidental. Il faut bien sûr une pincée du répertoire country traditionnel (Willie Watson, Blake Nelson …). Mais le magnétisme tient surtout à ces merveilleuses pages symphoniques, modestement orchestrées, qui vous évoquent magiquement les paysages grandioses d’une nouvelle frontière. En peu de notes, une simplicité classique,  quelques thèmes limpides et noblement mélodieux, Burwell sait faire naitre l’image et l’émotion.

How deep :

The end of Buster Scruggs :

 

Pour les abonné.es à la BmL, l’album en écoute intégrale sur diMusic

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :
Thème :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *