logo-article

La démocratie contre les experts

Paulin Ismard

L’auteur, spécialiste de la Grèce ancienne, analyse un aspect peu connu de la démocratie athénienne : l’esclavage public ou l’emploi d’esclaves pour assurer les charges administratives de la cité : archivistes, policiers, vérificateurs de la monnaie… en étaient la propriété collective.

Ces attributions à des esclaves revenaient en somme à reléguer cette expertise dans un « hors champ » du politique car les grecs avaient déjà compris les dangers des politiciens experts et des jeux de pouvoirs. Ces « premiers fonctionnaires » travaillaient aux côtes des citoyens magistrats renouvelés chaque année. Une occasion de faire la comparaison avec les démocraties occidentales d’aujourd’hui. Bien que pointu, l’auteur s’efforce de capter l’attention du profane dans son introduction, en faisant une comparaison avec la ville d’Athens (!) aux Etats-Unis en 1861… Avec humour, l’auteur s’interroge : « la politique monétaire de l’Union serait-elle différente si le directeur de la Banque centrale était un esclave que le Parlement pouvait revendre, ou fouetter s’il s’acquittait mal de sa tâche ? »

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :
Thème :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *