logo-article

On m’appelle Enfant i

« A Book Without A Cover. A Child Without A Name » tel est la description par l’auteur de son roman. Dans ce texte I, M, E et R sont des enfants, sans identité, sans nom qui sont enfermés dans un camp de réfugiés. On leur a retiré non seulement ce qui les caractérise en tant que personne mais aussi tous leurs droits et toute leur dignité sous prétexte qu’ils n’ont plus de papiers.

Ils n’ont pas de nom mais ici l’auteur donne une vraie voix à l’un d’entre eux : le narrateur est I, il raconte son quotidien fait de boue et de ventre vide, ses peurs, ses rêves. I a dix ans, il ne reste rien de son passé, mais il tente de faire de chaque jour un jour meilleur grâce à son imaginaire d’enfant. Avec d’autres enfants et une bénévole du camp il s’unissent et ce lien devient leur force.

Pas de date, pas de lieu non plus, l’auteur ici, fait ce choix car il ne parle pas d’un camp de réfugiés mais de tous les camps. Il dénonce les conditions de vie désastreuses des réfugiés. Ce n’est pas une accusation à un pays en particulier mais à tous à la fois. Le but est d’éveiller les consciences. En fin d’ouvrage, il y a un appel à aider les enfants réfugiés via l’ONG Help refugees. Un roman très fort avec un texte accessible dès le collège. Steve Tasane réussi à rendre la voix de cet enfant simplement et de façon très crédible. Dans ce sujet difficile il distille beaucoup d’optimisme car I est un enfant qui garde malgré tout sa joie de vivre.

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *