logo-article

Lyon 68 : deux décennies contestataires

Vincent Portel et Jean-Luc Ochandiano

J’en ai marre de mai 68.

C’est vrai, j’en ai marre de mai 68.

Tout a été dit sur 68. On ne fête pas un cinquantenaire cette année, en réalité, c’est la 5e fois que l’on fête 68, et à chaque fois les même phrases sont répétées…

« Ce n’était pas qu’une révolte étudiante, ce fut aussi la plus grande grève de travailleurs que la France ait connue » etc. etc. etc.

Heureusement, des tentatives pour renouveler l’approche de l’évènement existent.

Comme le livre 1968 de grands soirs en petits matins, de Ludivine Bantigny, qui ne présente pas seulement les témoignages des leaders de l’époque, mais donne également la parole à des anonymes, ouvriers, étudiants, militants, mais aussi danseurs, médecins, paysans, artisans, poètes d’un jour, et les femmes à parts égales avec les hommes.

Lyon 68 : deux décennies contestataires s’inscrit dans la même logique, mais lui, souhaite sortir mai 68 du cadre étroit du Quartier Latin, en présentant les évènements qui se sont déroulés à Lyon.

Son objectif est aussi d’analyser l’évènement en élargissant le champ historique aux deux décennies qui l’entourent.

Car le mois de mai 68 cache les nombreuses grèves et manifestations qui ont eu lieu toute la décennie qui a précédé et celle qui a suivi.

En effet, ce n’était pas les Trente Glorieuses comme on l’a dit souvent, les difficultés d’accès à l’emploi ont commencées avant 68, et les conditions de travail étaient souvent exécrables.

Au final, cela donne un livre sérieux sur le fond, agréable sur la forme, et très intéressant à lire.

 

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *