logo-article

Le roman de Tyll Ulespiègle

Daniel Kehlmann

Né dans le folklore médiéval nord-allemand, Tyll est la figure légendaire du bouffon à l’origine du mot « espiègle ». Il est ici transposé par l’auteur dans la Guerre de trente ans (1618-1648), évènement funeste qui marqua l’Histoire allemande et européenne.

 

Après la mort de son père condamné pour sorcellerie, le jeune Tyll embrasse la liberté en menant une vie de saltimbanque en compagnie de son amie d’enfance Nele et d’un âne qui aimerait bien parler. Ses talents d’acrobate, de jongleur ou de ventriloque lui donneront une certaine célébrité lui permettant d’approcher même les puissants.
Le héros est projeté au milieu du conflit et de la société allemande de la première moitié du XVIIème siècle dont il est témoin de l’atrocité.
Fuyant toute tentative d’être civilisé, l’artiste se moque bien des croyances, des a priori ou encore de la bêtise humaine de par le statut de Bouffon qu’on lui confère.
Ainsi nous croisons non seulement des protagonistes fictifs ou historiques : un meunier un peu sorcier, des cruels jésuites inquisiteurs devenus savants, un roi et une reine déchus… mais nous vivons aussi leur propre point de vue car l’auteur a choisi une narration non linéaire et à plusieurs voix.
Le bouffon n’est pas toujours au centre du récit mais il est là pour renvoyer aux protagonistes la vacuité de leurs actions comme de l’absurdité du monde auxquels il oppose son insolente subversion et son humour.
Une fresque passionnante à la fois érudite et fluide non dénué d’humour et de surnaturel…

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *