logo-article

Le club des veuves qui aimaient la littérature érotique

Une plongée surprenante et épicée dans la communauté penjabi du Grand Londres.

Nikki, jeune londonienne d’origine penjabi, anime un atelier d’écriture pour femmes organisé par le centre communautaire sikh de Southall dans la banlieue de Londres où se concentre une importante population indienne. Un petit groupe de veuves se présente à cet atelier. Pour la plupart analphabète, ces femmes respectables et traditionnelles vont à l’étonnement de Nikki se révéler délurées et se raconter des histoires d’amour et érotiques.

L’atelier d’écriture est surtout pour ces femmes l’occasion d’échapper au poids de la communauté. En se retrouvant entre elles, elles vont partager leurs expériences d’épouse, de mère, de veuve, de femmes soumises aux traditions, notamment celle du mariage arrangé.

De son côté, Nikki, la jeune femme moderne, très critique envers la culture de ses parents, va se réconcilier avec ses racines.

Sous ses apparences légères, ce roman aborde la confrontation des cultures et les rapports homme-femme. Il décrit bien le carcan dans lequel se trouvent les femmes, les veuves en particulier, mais aussi les hommes au sein d’une communauté conservatrice. Les personnages sont attachants. La narration et le style sont fluides. Un livre bien mené.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *