logo-article

Inland

Le quotidien Le Monde parle d’elle comme « la pianiste la plus délicieusement singulière de sa génération ». Est-ce exagéré ?

Vanessa Wagner nous avait déjà agréablement surpris avec Statea en 2016. L’album est une rencontre audacieuse avec Murcof, l’artiste mexicain de musique électronique. Les deux musiciens réinterprètent magistralement des pièces de maîtres du minimalisme (John Cage, Philip Glass, Morton Feldman, Arvo Part et même Aphex Twin).
L’artiste revient trois ans plus tard avec l’album Inland. Cette fois-ci, elle est seule devant son piano pour une nouvelle immersion dans la musique répétitive. Toujours signée sur le très fureteur label de musique électronique In Finné, la pianiste virtuose nous fait redécouvrir certaines partitions d’une grande rareté. On y croise ainsi avec beaucoup de plaisir MoonDog, Meredith Monk, Gavin Bryars, Michael Nyman,  Philip Glass et quelques artistes moins célèbres (Hans Otte, Bryce Dessner, Emilie Levienaise-Farrouch…)
Pianiste hors-norme, Vanessa Wagner continue de nous surprendre par ses choix musicaux et sa liberté d’interprétation.
Délicieusement singulière ? A vous de répondre.

Für Fritz, (la Chaconne en la mineur) pièce que Moondog composa en 1977, est le premier extrait de Inland.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *