logo-article

Handel

Suites pour clavecin

Les suites pour clavecin de Haendel forment un corpus disparate dans lequel le compositeur, plus occupé à son grand œuvre d’opéra italien, ne s’est guère soucié de mettre de l’ordre.

En 1720 parait sous son contrôle un recueil de 8 suites (HWV 426 à 433), sorte de précoce testament pour le clavier (clavecin et orgue  sont à l’époque les instruments de référence). Dans cette somme le prolifique saxon exploite en une synthèse naturelle tous les goûts européens harmonieusement réunis, des simples danses stylisées aux formes contrapuntiques plus sophistiquées.

La pianiste russe Varvara  Nepomnyashchaya (qui a opportunément abrégé son nom de scène à son seul prénom) a retenu pour ce récital 4 suites. 3 de ces dernières  figurent sur le recueil « officiel » et comportent quelques tubes : « le forgeron harmonieux » et ses charmantes variations », la fameuse passacaille de la suite en sol mineur – variations toujours ! En complément vient la suite en sol majeur,  avec son crépitant allegro et sa gigue endiablée. Varvara – qui d’ailleurs pratique et cultive des styles fort différents, de Bach à Pärt et Stravinski – propose de ces pièces une version extrêmement convaincante et séduisante. Son jeu possède toutes les qualités, simple et clair mais jamais terne, débordant d’une réjouissante et communicative énergie sans jamais sombrer dans la moindre hystérie. Bref, magnifique.

Allegro de la suite en sol majeur, HWV 441 :

Passacaille de la suite en sol mineur HWV 432 :

 

 

N.B. Non présent dans l’album, en guise de bonus la célébrissime sarabande – agrémentée de ravissants ornements – de la suite en ré mineur, HWV 437 :

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *